Partagez | .
 

 Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GIBBOUS



« Si faire était aussi aisé que savoir ce qu'il est bon de faire, les chapelles seraient des églises, et les chaumières des pauvres gens des palais de princes. »

☾ RÉINCARNATION : William Shakespeare [1564 - 1616]
☾ OCCUPATION : chirurgien urgentiste
☽ AVATAR : Tom Hiddleston
☽ CRÉDITS : Tag
☽ MESSAGES : 278
☽ INCARNATION : 22/07/2014
☽ ÉTOILES : 348
MessageSujet: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Dim 27 Juil - 11:52

Reality is wrong. Dreams are for real.
with Christy
« Tu es de garde ce soir ? » Peter releva (☾) la tête pour abandonner la contemplation d'une très intéressante fiche médicale. En face de lui, une de ses collègues avec qui il s'entendait bien. Du point de vue de la femme, les sentiments semblaient être plus développés, mais Peter n'était pas de ceux qui touchaient à tout sans prendre en compte les à-côtés. Elle était bien gentille cette Pénélope, toujours polie, charmante, un peu solitaire, de quoi faire pâlir beaucoup d'homme, mais pas lui. Le médecin était devenu au fil du temps, quelqu'un de particulièrement méfiant et étrangement désintéressé, comme si une partie de lui le commander de fuir toute relation. C'était assez étrange, mais il avait parfois l'impression de ne pas être le seul à décider de ses choix. « Pas ce soir » Finit-il par dire en rangeant le dossier à sa place. La mine déçue qu'afficha sa collègue le rassura. Au moins, elle ne lui demanderait pas d'aller boire ou manger à la fin de la journée et c'était très bien comme ça.

« Tu devrais aller te reposer, tu as une mine affreuse » Malgré les réticences qu'il pouvait avoir à parler de sa vie privée, il ne pouvait pas nier que la belle Pénélope remarquait beaucoup de choses et en particulier son manque d'heure de sommeil qui arrivait parfois quand ses rêves se lançaient des défis pour faire de sa vie une sorte d'enfer qu'il se prenait parfois à apprécier. La fatigue n'était pas due à ses heures de nuit, il y était habitué depuis le temps, il avait pris le rythme. Non, elle venait de quelque chose de plus étrange et de plus inexpliqué. Parfois, ses rêves l'entraînaient dans un monde étrange, ancien ou la vie semblait s'être comme arrêtée. Plus le temps passait et plus il regrettait de se réveiller. Peter cherchait à comprendre le but de tout ça. Pour lui, les rêves ont toujours un sens, encore faut-il réussir à le découvrir et ça, ce n'est jamais facile, mais aussi et surtout à s'en souvenir. Sauf qu'à ce niveau-là pour Peter c'est assez compliqué. Il se souvient uniquement des émotions : tristesse, passion, amour, envie folle de poser des mots sur le papier, mais ça en reste-là , c'est juste complètement flou et ça à tout simplement le don de l'énerver. « ça sera difficile ce soir, mais je vais essayer » C'est avec un sourire au bord des lèvres que Peter abandonna sa collègue pour partir en direction d'une patiente qui attendait son opération prochaine. Dans ce genre de situation, il excellait dans son métier et se montrait tout particulièrement doué pour saisir les craintes de ses patients et y faire face avec son calme naturel, de quoi réconforter les gens avant de passer sur la table.  Il aimait son métier , même si parfois il avait l'impression de s'être complètement trompé de voie. Écrire lui aurait sûrement permis de mieux s'évanouir, mais vivre de l'écriture a toujours sonné pour lui comme un véritable enfer, alors au choix, ce n'est pas si mal. Il gagne bien sa vie et quand le temps le lui permet, il peut toujours coucher les mots sur papier.

C'est avec plaisir qu'il regagne la maison familiale quelques heures après être enfin sorti de l'hôpital. Il a déménagé dans cette petite ville anglaise alors qu'il n'était qu'un bébé. Sa mère a fait ce choix pour changer de vie, besoin d'oublier son passé et de recommencer une nouvelle vie ailleurs. Après des années à travailler loin d'ici, il est heureux de pouvoir retrouver cette ambiance qui lui avait sérieusement manqué et en particulier les soirées jeux qui sont au fil du temps devenues une vraie institution.

Attablés devant, la table, un crayon à la main, Peter se lança dans une œuvre très réaliste de Dark Vador, ou peut-être s'agissait-il plus d'une tentative d'œuvre d'art. Penché sur sa feuille sa main tentait de dessiner les traits du méchant dans Star Wars, personne connue et reconnue qui n'est pas si facile que ça à faire deviner quand on est une véritable quiche en dessin. Heureusement pour lui, le grand brun n'était pas seule et il pouvait compter sur sa petite sœur de cœur pour le tirer de ce mauvais pas. A force de jouer tous les deux, ils étaient devenus une team d'enfer au grand damne de se mère et de la grand-mère de Christy qui tentaient désespérément de mettre fin à leur omnipotence. « Dark Vador » s'écria la jolie blonde tandis que Peter se redressa avant de taper dans la main de la jeune femme. « Yé !! » Une fois de plus, ils venaient de réussir à écraser les deux femmes qui se trouvaient en face d'eux. Un jour ou l'autre, ils allaient devoir penser à les faire gagner pour ne pas qu'elles arrêtent de vouloir jouer. Désabusées, les deux femmes se levèrent pour laisser la jeunesse profitait de leur énième victoire.

Amusé, Peter se laissa aller contre son siège avant de poser son regard sur Chrtisty. « Je me demande comment tu as fait pour trouver Dark Vador » C'est vrai qu'en regardant un peu mieux son dessin, il se demandait par quel miracle, elle avait réussi à comprendre de qui il s'agissait. « Tu veux que j'aille te chercher un truc à boire ?  Je meurs de soif. » Il était aussi fatigué et un petit coup de caféine ne lui ferait pas de mal pour continuer la soirée sans s'endormir sur la table.
.

(c) sweet.lips

_________________

+ i need my absolution
What a piece of work is a man, how noble in reason, how infinite in faculties, in form and moving how express and admirable, in action how like an angel, in apprehension how like a god.© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t103-to-be-or-not-to-be-peter
CRESCENT



☾ RÉINCARNATION : allemande, étudiante en littérature décédée dans un crash d'avion. (03/05/71 - 21/12/88)
☾ OCCUPATION : policière.
☽ AVATAR : georgina haig.
☽ CRÉDITS : ©shiya
☽ MESSAGES : 313
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 425
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Mar 29 Juil - 15:18

reality is wrong. dreams are for real.

Peter Adcock.

Assise à son bureau, elle se tenait la tête entre les mains, tâchant de cette façon de rassembler ses pensées, de les ordonner pour parvenir à formuler clairement ce qu’elle voulait coucher sur le papier, ou plutôt dans ce cas-là, ce qu’elle voulait voir apparaître sur l’écran. Elle tentait tant bien que mal de ne pas se laisser distraire par ce qui l’entourait, tournant obstinément le dos à la fenêtre, sa seule vue était sur le reste du poste de police où certains de ses collègues bavardaient gaiement entre deux tasses de café. L’un d’entre eux lui fit un signe pour qu’elle se joigne à eux, avec un sourire, elle déclina l’offre, indiquant d’un geste de la tête qu’elle devait vraiment travailler. Elle sirota lentement une gorgée de sa tasse de thé qui trônait sur son bureau, au beau milieu des tas de paperasses. Elle reporta son attention sur l’écran, Christy n’avait jamais été douée avec les mots, faire des phrases simples et cohérentes n’étaient pas son fort. Par contre, depuis quelques temps, elle s’était prise à analyser des passages des romans qu’elle lisait, elle y repérait les métaphores, et devinait des sens cachés sans même s’en rendre compte, elle qui n’avait jamais réellement été une grande littéraire. Elle ferma les yeux et secoua la tête, comme si ce mouvement allait parvenir à lui faire oublier les rêves et flashs qui la traversaient régulièrement, qu’elle soit assoupie ou éveillée.
Après une profonde inspiration, elle fixa son regard sur l’écran et le texte qu’elle avait tapé jusque là. Elle n’en voyait que les lacunes et les erreurs de style, mais si elle voulait terminer le plus rapidement possible, elle ne devait pas en tenir compte, après tout, ce n’était qu’un rapport de police qu’elle devait transmettre à ses supérieurs. Il s’agissait de rappeler les détails de l’enquête sur l’affaire Cavendish : un jeune homme de Tewkesbury qui avait enlevé plusieurs femmes de la région retrouvées meurtries et mortes laissées sur le bas côté de la route. Après de nombreuses semaines d’enquête, la police de Tewkesbury avait été la première de la région à appréhender Cavendish, qui avait alors clamé être un serial killer américain qui avait vécu pendant les années 1920. Le rapport constituait un élément important dans le transfert du meurtrier d’une prison à un asile. Si tous les collègues de Christy le prenaient réellement pour un fou qui s’était inventé une vie afin de ne pas être considéré comme responsable de ses crimes. Elle ne savait pas trop quoi en penser.
Elle ne cessait de voir le visage rond de cette fille brune, l’aéroport la hantait dans ses rêves, et des fois son cœur ratait un battement, tandis qu’elle avait l’impression de plonger. Elle s’interrogeait sur sa propre santé mentale, elle n’avait aucune raison de vouloir s’inventer une autre vie, autant cela aurait été possible quand elle était une petite fille, mais plus maintenant …

Elle resta encore à son bureau plusieurs heures jusqu’à ce qu’un terrible mal de tête fasse son apparition. Il était tard, la moitié du commissariat était déjà partie. Un coup d’œil rapide à sa montre et elle se rappela que sa grand-mère et elle devaient retrouver les Adcock pour leur soirée habituelle. Christy rentra à pieds : l’avantage d’habiter juste à côté de son lieu de travail. Sa grand-mère l’attendait, impatiente. La jeune femme se changea rapidement, quitta son uniforme et enferma son arme de service dans son coffre, pour enfiler des vêtements plus confortables qui n’empestaient pas l’odeur du poste de police. Elle put également, enfin, détacher ses cheveux qui tombèrent doucement sur ses épaules. « Allons-y ! » Lança t-elle finalement avec un sourire à sa grand-mère.


La soirée était maintenant bien avancée, Christy en oubliait le rapport qu’elle n’avait toujours pas fini, et les rêves qui la hantaient aussi le jour. Peter était devenu un peu comme son grand-frère au fil des années, même si elle avait eu peur de se lier à lui au début, ils l’étaient maintenant, liés. « Dark Vador ! » S’exclama-t-elle, reconnaissant dans le trait de crayon de Peter le fameux personnage de la guerre des étoiles. Comme deux grands enfants, ils se tapèrent dans la main sous le regard dépité de leur mère et grand-mère. En voyant les yeux médusés de sa grand-mère posés sur le papier, tentant de reconnaître le père de Luke Skywalker, Christy réprima un éclat de rire, se contentant de sourire de toutes ses dents. Elle appréciait tellement ces soirées qui occultaient tous ses soucis, elle ne faisait que s’amuser comme une gamine.
Les plus âgées quittèrent la pièce, tout en élaborant en chuchotant une stratégie pour battre leur adversaire la prochaine fois. « Je me demande comment tu as fait pour trouver Dark Vador » Fit Peter. Christy posa encore une fois les yeux sur l’œuvre d’art de son ami, il était vrai que le dessin laissait à désirer. Elle lança, avec un petit sourire en coin « J’appelle ça le talent. » Il faut croire qu’à force de jouer à ce genre de jeux avec Peter, elle avait appris à reconnaître sa façon de dessiner et ayant distingué certaines formes, elle avait pu les associer au personnage.
Il lui proposa d’aller lui chercher à boire, elle accepta gracieusement : « Un thé pour moi s’il te plait. Pour ce qui est du parfum, surprends moi ! »
Une fois qu’il lui eut ramené sa tasse, elle le remercia, puis elle serra sa tasse entre ses mains, comme s’il faisait froid et qu’elle en avait besoin pour se réchauffer. La jeune femme posa les yeux sur son ami, elle songea à lui avouer qu’elle avait des visions d’une vie qui semblait avoir toujours été là, puisqu’elle revoyait les mêmes moments, dont les détails se précisaient à chaque nouveau flash. Mais elle hésitait, elle-même avait peur, surtout après avoir vu de ses yeux Cavendish, complètement fou … « Ça va le boulot ? Rien qui ne sorte de l’ordinaire ? Pas de monstres ? » Demanda t-elle avec un sourire, trop habituée à voir dans des séries ou des films toutes sortes de choses étranges arriver dans des hôpitaux.
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t117-christy-there-s-still-nobody-home
GIBBOUS



« Si faire était aussi aisé que savoir ce qu'il est bon de faire, les chapelles seraient des églises, et les chaumières des pauvres gens des palais de princes. »

☾ RÉINCARNATION : William Shakespeare [1564 - 1616]
☾ OCCUPATION : chirurgien urgentiste
☽ AVATAR : Tom Hiddleston
☽ CRÉDITS : Tag
☽ MESSAGES : 278
☽ INCARNATION : 22/07/2014
☽ ÉTOILES : 348
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Dim 17 Aoû - 19:36

Reality is wrong. Dreams are for real.
with Christy
Certains disent que les enfants changent votre vie à tout jamais, il y a sûrement du vrai-là dedans, mais Peter à toujours trouver cette phrase bien trop positive à son goût. Quand il voit sa mère, il lui arrive souvent de se dire qu'elle aurait pu vivre une vie totalement différente si elle n'était pas tombée enceinte. L'arrivée de son fils lui avait un peu coupé l'herbe sous le pied. Et pourtant malgré tout ça, elle l'avait aimé et l'aimait encore sans aucune limite. Dans ce monde ou tout se monnayent, il est bon de remarquer que parfois les choses les plus fortes et les plus riches n'ont finalement aucun prix. Loin de sa mère pendant plusieurs années, Peter s'était éloigné de ses racines pour prendre son envol, mais difficile de s'envoler quand on ne sait pas ou atterrir. Aussi étrange que cela puisse paraître, et même s'il n'est pas né ici, Peter s'est toujours sentit attiré par cette ville, par cette vallée mystérieuse. Le seul endroit où il se sent chez lui. Ces petites soirées, il les adore et ne les raterait pour rien au monde. Malgré la fatigue accumulée et le doute qui vient bien souvent semé la discorde dans son esprit, il sait parfaitement qu'il n'y a pas un autre endroit ou il doit être. C'est avec un léger sourire qu'il regarde sa mère quitter la pièce. Parfois, il se demande si ce n'est pas elle l'enfant et lui l'adulte. A plus de 60 ans, il serait quand même temps pour elle de passer au-delà de l'étape de l'enfance. Quoique dans le fond, Peter a toujours aimé ce petit côté qui caractérise sa mère. Malgré son âge, elle a toujours gardé un petit coin d'innocence relatif à cette enfance qui s'en va bien trop vite. Peter avait pris beaucoup de sa mère, elle lui répétait régulièrement que même si elle l'avait appelé Peter en référence au livre, il était peut-être pour lui de grandir et d'abandonner le Neverland XD. Sauf que le grand brun n'était pas vraiment près à accepter de tourner cette page. Assis à jouer à des jeux, il se sentait parfaitement à l'aise et si la jolie blonde lui proposait une partie de jeux videos, il ne dirait durement pas non.

Il connaissait la demoiselle depuis pas mal de temps désormais et il lui semblait qu'elle était parfois, presque tout le temps en fait, bien plus adulte que lui. Contrairement à lui qui avait eu la chance de profiter d'une mère très aimante, Christy avait au contraire dû faire face à des parents assez indépendants qui n'avaient finalement jamais aimé leur fille comme ils l'auraient dû. Peter n'avait pas vraiment bossé la psychologie, mais d'une manière ou d'une autre, sans qu'il sache pourquoi, il avait cette fâcheuse manie à rapidement comprendre les gens en un simple regard. Malgré le sourire de la belle, il pouvait aussi lire une inquiétude profonde et il y avait aussi ce regard qu'il avait souvent vu dans les yeux des enfants abandonnés, car finalement même si ses parents s'étaient occupés d'elle pendant un temps, ils avaient tout de même fini par laisser leur fille. Ce genre de situations énervait toujours le médecin urgentiste. Plusieurs fois dans sa carrière, il avait eu à faire à des enfants laissés à eux même, obligés de grandir trop vite, brisés par les adultes. Tous avaient la même question : Pourquoi ? Le plus dur, c'est de ne pas pouvoir leur répondre, car aucune réponse ne peut justifier un tel acte. S'il s'était retrouvé face aux parents de la demoiselle, il ne serait sûrement pas gêné pour leur dire sa façon de pensée et croyez moi, Peter n'est pas le genre d'homme qui mâche ses mots.

Sortant de ses pensées, il avait de plus en plus tendance à s'y perdre. Il reporta son regard sur sa partenaire. « On est une équipe du tonnerre, si ça continue comme ça, on va pouvoir faire les championnats du monde » plaisanta-t-il tout en rangeant rapidement le jeu qui se trouvait devant lui. « Ok je te rapporte ça » Une fois dans la cuisine, Peter bailla un long moment. Il fallait vraiment qu'il dorme, ça commençait à devenir délicat de se réveiller comme ça en pleine nuit. Parfois, il se souvenait de ses rêves, mais c'était tellement confus qu'il n'y comprenait rien. La seule chose qu'il ressentait toujours, c'était cette envie d'écrire, sauf qu'il ne savait pas quoi, mais il ressentait qu'il s'agissait d'un sujet en particulier et pas d'un autre. Le beau brun passa sa main dans ses cheveux avant d'attraper une tasse et de mettre l'eau à chauffer.

« Tiens » Il déposa devant elle, une tasse de Earl Grey, bien connu chez les Britanniques. Même si Peter adorait le Thé, il était bien trop fatigué pour en prendre. Non, il avait besoin d'énergie et vu qu'il avait la flemme de se faire un café, il opta tout simplement pour un coca. Il se laissa tomber sur sa chaise avant d'ouvrir la canette qui laissa échapper le fameux bruit significatif. « Ça va le boulot ? Rien qui ne sorte de l'ordinaire ? Pas de monstres ? » Peter soupira avant de se frotter le front. «  y a pas mal de boulot , je me demande souvent ceux que les gens ont dans la tête » Il en voyait pas mal, entre l'hypocondriaque qui vient tous les jours avec une nouvelle maladie, ceux qui se blessent pour un rien , les parents qui s'inquiètent pour un bleu...et face à ça, il avait parfois des cas assez graves , mais en ce moment c'était plutôt des petits trucs. Par contre, pour ce qui sortait de l'ordinaire, Peter avait de quoi dire. « J'ai pas mal de gens qui viennent pour des problèmes liés aux rêves, difficultés pour différencier le rêve et la réalité» Au début, il ne l'avait pas relevé, mais depuis quelque temps, il commençait sérieusement à se poser des questions, surtout qu'il était lui aussi soumis à ce genre de petits soucis. « Et toi, tu as l'air pensive ? » Il avait bien remarqué son inquiétude et il était bien décidé à percer l'abcès. Parfois le simple fait de parler, suffit à aborder un peu de bien être.
.

(c) sweet.lips

_________________

+ i need my absolution
What a piece of work is a man, how noble in reason, how infinite in faculties, in form and moving how express and admirable, in action how like an angel, in apprehension how like a god.© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t103-to-be-or-not-to-be-peter
CRESCENT



☾ RÉINCARNATION : allemande, étudiante en littérature décédée dans un crash d'avion. (03/05/71 - 21/12/88)
☾ OCCUPATION : policière.
☽ AVATAR : georgina haig.
☽ CRÉDITS : ©shiya
☽ MESSAGES : 313
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 425
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Jeu 21 Aoû - 21:01

reality is wrong. dreams are for real.

Peter Adcock.

Christy avait toujours eu un peu de mal à s’intégrer dans des groupes, à se sentir bien, en sécurité, ou en confiance avec d’autres personnes, qu’ils soient de son âge ou non … Au lycée, ses réels amis se comptaient sur les doigts d’une main, le phénomène avait continué au fur et à mesure qu’elle avait grandi, qu’elle avait vieilli et changé. Cet aspect de sa personnalité était resté intact. Elle demeurait réservée et silencieuse avec la plupart des personnes qu’elle croisait. Malgré tout, restaient ces quelques êtres desquels elle ne pouvait pas se détacher. Parmi ceux-ci se trouvaient son cousin Ezekiel, Olympe, et bien entendu Peter. Ces liens avaient survécu au temps et elle s’en estimait réellement chanceuse. Elle était consciente du fait qu’elle pouvait avoir une confiance aveugle en ces quelques personnes, mais cette confiance avait mué depuis quelques temps et elle n’était plus sûre de rien. Une étrange méfiance s’était développée dans son esprit au fur et à mesure que les rêves se faisaient plus présents et réguliers.
Ces soirées de jeux avec Peter lui permettaient de garder son ancre dans cette réalité où elle comptait réellement pour les personnes qui l’entouraient. Que ce soit avec une carte, un dessin, une manette, le sourire qui apparaissait sur les lèvres de ses proches lui rappelait qu’elle n’avait absolument rien à craindre. L’abandon la terrifiait, depuis qu’elle avait réalisé qu’elle n’avait pas réellement de valeur aux yeux de ses propres parents. Leur visage la hantait. Si elle avait été une sorcière à Poudlard, son épouvantard aurait eu leur apparence, puisqu’ils représentaient tout ce dont elle avait peur.

« Tiens. » Elle sortit de ses pensées subitement, avec un léger sursaut, quand son ami – qu’elle remercia d’un large sourire – posa dans ses mains une tasse de thé. L’eau chaude lui réchauffa les paumes. L’odeur et la couleur lui indiquèrent rapidement qu’il s’agissait d’Earl Grey. Elle était une parfaite britannique, amatrice de thé, à n’importe quel moment de la journée, une gorgée du breuvage chaud était toujours bienvenue. La jeune femme reporta son attention sur son ami, elle avait l’impression de toujours l’avoir connu, il était meilleur qu’un frère à son égard, en effet ils s’étaient toujours bien entendu. « y a pas mal de boulot, je me demande souvent ce que les gens ont dans la tête » Attentive, elle l’écoutait.
Elle se doutait bien que le travail qu’exerçait Peter n’était pas des plus plaisants même s’il l’aimait. Chirurgien urgentiste, un métier important qui amenait de nombreuses responsabilités vis à vis de la vie des citoyens, un peu comme celui de Christy qui devait empêcher le mal d’arriver aux habitants. « J'ai pas mal de gens qui viennent pour des problèmes liés aux rêves, difficultés pour différencier le rêve et la réalité. » La jeune femme releva soudainement la tête, fixant son ami, cependant, elle resta silencieuse. Malgré la confiance totale qu’elle avait envers Peter, elle ignorait si elle pouvait lui parler de ses rêves à elle. Elle n’en avait parlé à personne, elle évitait même de croiser Ezekiel afin que le jeune directeur d’asile ne remarque pas qu’elle perdait la tête.

Elle restait obstinément silencieuse, plongée dans un incessant tourbillon de pensées. Chose que le jeune homme remarqua rapidement : « Et toi, tu as l'air pensive ? » Avant de répondre, elle but une longue gorgée de son thé, la chaleur lui chatouilla agréablement la gorge. Elle repensa à son rapport de police encore inachevé qui l’attendait au commissariat. « C’est juste une affaire qui me tracasse, l’homme est derrière les barreaux, mais son caractère reste … terrifiant … Il prétend être une personne totalement différente ...» Malgré la chaleur qui régnait dans ce petit salon, la chair de poule recouvrit ses bras qu’elle se frotta vigoureusement pour que ça cesse. « Tu disais, à propos de ces rêves … Cela est arrivé à plusieurs habitants de Tewkesbury ? » Elle tentait tant bien que mal de dissimuler son intérêt pour la question, même si ce n’était pas chose aisée tellement elle voulait trouver des réponses à ce qu’il se passait à l’intérieur de sa propre tête.

made by LUMOS MAXIMA

_________________
HIGH HOPES
Beyond the horizon of the place we lived when we were young, in a world of magnets and miracles, our thoughts strayed constantly and without boundary, the ringing of the division bell had begun.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t117-christy-there-s-still-nobody-home
GIBBOUS



« Si faire était aussi aisé que savoir ce qu'il est bon de faire, les chapelles seraient des églises, et les chaumières des pauvres gens des palais de princes. »

☾ RÉINCARNATION : William Shakespeare [1564 - 1616]
☾ OCCUPATION : chirurgien urgentiste
☽ AVATAR : Tom Hiddleston
☽ CRÉDITS : Tag
☽ MESSAGES : 278
☽ INCARNATION : 22/07/2014
☽ ÉTOILES : 348
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Dim 24 Aoû - 11:11

Reality is wrong. Dreams are for real.
with Christy
Une ambiance sympathique et chaleureuse bien que baignée de mystère venait de s'installer dans le petit salon. Le grand brun appréciait particulièrement ce genre de moment prompt aux petites confessions comme aux grandes. Lui se confiait rarement, jugeant que sa vie n'avait rien de si passionnant pour intéresser quelqu'un. Par contre, il aimait écouter celle des autres pour tenter dans la mesure du possible de les aider. Parfois, il se demandait s'il n'aurait pas mieux fait d'être psychologue. En y réfléchissant, il s'agissait sûrement d'une mauvaise idée, il aurait fini par détester chacun de ses patients à force de devoir les aider à comprendre leur vie alors que lui n'arrivait même pas à comprendre la sienne. Finalement, son boulot lui convenait assez bien malgré les horaires difficiles et la présence constante des décès. Avec le temps, il avait appris à y faire face, mais avait compris qu'on ne pouvait jamais réellement accepter la mort de quelqu'un, on n'est jamais vraiment préparé à ce genre de chose. En tant que chirurgien urgentiste son devoir, c'était de sauver des vies, mais parfois malgré toute l'énergie qu'il dépensait, la mort demeurait plus forte. De quoi vous ramener sur terre. Qu'importe ce que vous faite, ce que vous désirez, il y a toujours quelque chose de plus puissant que vous contre lequel vous ne pouvez rien. Peter avait appris à vivre avec, il l'avait accepté, mais cela ne voulait pas dire qu'il avait arrêté de se battre, au contraire, chaque jour, il tentait de relever le défi et bien souvent, il y arrivait.

Portant délicatement sa canette au bord de ses lèvres, Peter apprécia pendant quelques secondes la fraîcheur du liquide avant de reposer doucement le contenant sur la table. Il aimait tout particulièrement ces soirées d'été qui annoncent l'arrivée de l'automne. Les jours étaient en train de raccourcir, le temps était en train de changer pour laisser place bientôt au plaisir qu'amène l'automne. Avec le temps, il se surprenait à aimer de plus en plus l'environnement qu'il entourait. Désormais, il se savait incapable de vivre dans une grande ville comme il l'avait fait pendant quelques années. Il pensait à prendre une maison éloignée du centre-ville, mais cela l'éloignait aussi de l'hôpital et c'est là que cela coincé. Être proche de son lieu de travail était un avantage non-négligeable. En cas de manque de personnel, ce qui arrive assez souvent, il pouvait être rapidement sur les lieux, il ne lui fallait que quelques minutes à pieds.

Christy se montrait toujours assez distante, elle semblait vivre parfois dans un monde où lui n'avait pas sa place. Elle parlait peu de ses parents et semblait garder pas mal de choses pour elle. Parfois, il arrivait à la faire parler, parfois non, mais ce n'était pas vraiment ce qu'il comptait. Fils unique, il n'avait jamais eu la joie de partager sa vie avec un frère ou une sœur, Christy avait pris cette place avec le temps et il se sentait le devoir de la protéger du monde extérieur. Parce que oui, il sentait bien qu'au fil du temps, elle s'éloignait un peu plus. Il remarqua cependant que parler des rêves l'interpella même si elle garda ses mots pour elle.

« Oui j'en ai entendu parler » Ce n'était pas le genre d'affaires qui passaient si facilement inaperçu. Ça avait pas mal secoué la petite ville et il y avait de quoi. L'histoire était étrange, mais ce n'était pas la première fois que quelqu'un prétendait être quelqu'un d'autre. Ce qui était particulièrement étrange, c'était finalement quand cette personne est tellement persuader dans être une autre qu'elle ne sait même plus qui elle est. Il avait eu l'occasion de voir une fois ce genre de phénomène et il y avait de quoi en perdre son latin. C'était déstabilisant, et parfois, on en arrivait même à penser que cette personne était celle qu'elle prétendait être. « J'ai eu le cas une fois, c'est assez déstabilisant comme rencontre, surtout qu'il arrive parfois que certaines personnes n'arrivent plus à distinguer qui ils sont vraiment. L'esprit humain est difficile à saisir, et ça ceux sont de vraies énigmes que même la science n'arrive pas à prouver » Le cas qu'il avait eu l'avait laissé sans voix et malgré l'acharnement des médecins, rien n'avait pu changer la pensée de cet homme si ce n'est les drogues qu'on avait pu lui administrer. Quant à savoir de quoi il souffrait, la question était restée en suspens et ces médecins s'étaient contentés de continuer à le droguer pour arranger les choses. Cette affaire à laquelle il avait dû faire face durant son internat l'avait laissé curieux, mais il avait tourné la page, comme beaucoup le font. Il venait d'y repenser maintenant, grâce à la miss qui se trouvait devant lui.

« Oui, quelques personnes. C'est étrange parce que leurs rêves sont différents des rêves décris habituellement par les gens. Ceux-là sont plus vrais, certains ressentent même de la douleur, c'est assez intéressant dans le fond. » Bien que certains de ces collègues voient mal les choses. Peter avait un point de vue beaucoup plus ouvert. Sûrement parce qu'il était lui aussi victime de ces rêves. « Il m'arrive parfois d'en faire et c'est souvent le même. Je me vois écrire sur du papier avec une plume, et c'est tellement saisissant qu'il m'est arrivé de le réveiller pour aller sur mon bureau et tenter d'écrire quelque chose. Sauf que lorsque je veux m'y mettre rien ne sort. C'est assez troublant» Bien que sa voix semblait assez amusée, il restait quand même assez frustré de ne pas réussir à coucher les mots sur papier. Étrangement, il ressentait le besoin de le faire, mais c'était difficile quand il n'avait aucune idée du sujet en question. « Les rêves ont toujours une signification, on ne rêve pas sans raison » En tout cas pas pour lui, il était de ceux qui pensaient que les rêves étaient un moyen pour aider le rêveur à comprendre certaines choses, encore faut-il avoir l'esprit assez ouvert pour l'accepter.
.

(c) sweet.lips

_________________

+ i need my absolution
What a piece of work is a man, how noble in reason, how infinite in faculties, in form and moving how express and admirable, in action how like an angel, in apprehension how like a god.© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t103-to-be-or-not-to-be-peter
CRESCENT



☾ RÉINCARNATION : allemande, étudiante en littérature décédée dans un crash d'avion. (03/05/71 - 21/12/88)
☾ OCCUPATION : policière.
☽ AVATAR : georgina haig.
☽ CRÉDITS : ©shiya
☽ MESSAGES : 313
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 425
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Mer 10 Sep - 22:46

Spoiler:
 

reality is wrong. dreams are for real.

Peter Adcock.

Parfois, ou plutôt, de plus en plus souvent, Christy sentait qu’elle était en train de perdre pieds, que son esprit divaguait bien trop loin, si bien que la réalité s’effritait sous elle et qu’elle était sur le point de plonger dans les abysses d’un monde irréel. Cette peur la suivait depuis qu’elle était petite, depuis qu’elle avait manqué de se noyer en apprenant à nager et qu’après avoir perdu connaissance, elle avait émerger, croyant reconnaître dans le visage de la monitrice celui de sa “mère“. Elle avait l’impression de marcher sur un fil suspendu entre deux collines qui faisaient office de réalités, et dont les bords s’effritaient au fur et à mesure qu’elle avançait. Elle ne pouvait plus changer de décision et revenir en arrière, même si elle était fatiguée, et que ses membres étaient douloureux à force de résister, ses seuls choix étaient de sauter ou de continuer à tout prix.
Son regard croisa celui de Peter, si seulement elle pouvait faire le grand saut et tout lui révéler de ses plus profondes interrogations, de ses troubles les plus intenses. Elle voulait pouvoir se reposer sur quelqu’un, mais d’un autre côté, elle ne voulait pas que l’on s’inquiète pour elle, qu’on lui conseille de prendre du repos sachant que son travail l’aidait à garder la tête froide. Elle se contenta de lui lancer un léger sourire, pour alléger l’atmosphère précédemment alourdie à la seule évocation de l’affaire Cavendish. Elle ne pouvait empêcher son esprit de tourner et retourner ce dossier dans tous les sens. En quelques semaines, il était devenu le centre de sa vie, comme la réponse à toutes ses questions sur sa propre identité.

« Oui j'en ai entendu parler » Qui, dans le village de Tewkesbury avait échappé à cette nouvelle ? Personne. L’horreur de cette affaire touchait chaque habitant qui avait pu connaître le petit Cavendish qui avait grandi ici-même. Christy se souvenait vaguement l’avoir vu quand elle était plus jeune, il avait toujours paru être quelqu’un d’agréable et de souriant. Mais après tout, tout le monde possédait une face cachée, un côté obscur, qui devait rester à l’abri des regards des étrangers, des connaissances de passage. « J'ai eu le cas une fois, c'est assez déstabilisant comme rencontre, surtout qu'il arrive parfois que certaines personnes n'arrivent plus à distinguer qui ils sont vraiment. L'esprit humain est difficile à saisir, et ça ceux sont de vraies énigmes que même la science n'arrive pas à prouver » Et si il comprenait ? Et si Peter se rendait compte qu’elle était une de ces personnes dont les personnalités n’arrivaient plus tellement à se dissocier ? Ses pensées étaient brouillonnes, elle mélangeait l’anglais et l’allemand, comme si c’était complétement naturel. Sa tête la faisait énormément souffrir, mais elle tachait aussi bien que possible de garder un visage paisible, tranquille. Ses longues gorgées de thé lui permettaient de rester calme, la saveur de l’eau chaude la réchauffait et la réconfortait de la même façon.

La tasse serrée entre ses paumes, elle était toute ouïe, intéressée par ce que disait Peter à propos des rêves : « Oui, quelques personnes. C'est étrange parce que leurs rêves sont différents des rêves décris habituellement par les gens. Ceux-là sont plus vrais, certains ressentent même de la douleur, c'est assez intéressant dans le fond. » Intéressant, certes, elle ne pouvait pas le nier. Vu de l’extérieur, ses rêves incessants qui renvoyaient tous, pour la plupart, à un aéroport, puis à l’intérieur même de l’avion, et enfin, plus rien. La lumière blanche, vive et éclatante qui apparaissait au terme des ses rêves, ou cauchemars, et qui la réveillait en sursaut l’intriguait toujours. C’était toujours comme la fin abrupte de quelque chose. « Il m'arrive parfois d'en faire et c'est souvent le même. Je me vois écrire sur du papier avec une plume, et c'est tellement saisissant qu'il m'est arrivé de me réveiller pour aller sur mon bureau et tenter d'écrire quelque chose. Sauf que lorsque je veux m'y mettre rien ne sort. C'est assez troublant » La jeune femme porta des yeux écarquillés vers Peter, celui qu’elle considérait un peu comme son frère, après toutes ces années à le côtoyer, lui qui, en cet instant précis, s’ouvrait à elle en lui révélant qu’il souffrait lui même de ces rêves étranges. Dans sa tête, les pensées allemandes commençaient à l’emporter sur leurs homonymes anglaises. L’espace d’un instant, elle crut ne pas reconnaître Peter, comme si elle n’avait jamais vu son visage et qu’il était un parfait étranger. Elle tenta de contenir sa panique, se parlant à elle-même, à Britta. Puis tout redevint normal. Cela était arrivé en l’espace d’une poignée de secondes, c’était comme si elle avait laissé son corps à la disposition d’une autre conscience pendant ce laps de temps. « Les rêves ont toujours une signification, on ne rêve pas sans raison »

« Mais, tu penses qu’il y a un lien entre les rêves et l’affaire Cavendish ? Si ces rêves signifient quelque chose, qu’est-ce que c’est ? » Son inquiétude était perceptible dans sa voix, accentuée par la frayeur qu’elle venait d’avoir. Elle ne semblait pas déterminée à avouer à Peter qu’elle souffrait du même mal que lui. Elle ne savait si elle espérait qu’il puisse lire entre les lignes de son discours ou si elle préférait qu’il ne se rende compte de rien et reste dans l’ignorance en ce qui concernait la santé mentale de son amie …

made by LUMOS MAXIMA

_________________
HIGH HOPES
Beyond the horizon of the place we lived when we were young, in a world of magnets and miracles, our thoughts strayed constantly and without boundary, the ringing of the division bell had begun.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t117-christy-there-s-still-nobody-home
GIBBOUS



« Si faire était aussi aisé que savoir ce qu'il est bon de faire, les chapelles seraient des églises, et les chaumières des pauvres gens des palais de princes. »

☾ RÉINCARNATION : William Shakespeare [1564 - 1616]
☾ OCCUPATION : chirurgien urgentiste
☽ AVATAR : Tom Hiddleston
☽ CRÉDITS : Tag
☽ MESSAGES : 278
☽ INCARNATION : 22/07/2014
☽ ÉTOILES : 348
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Mer 17 Sep - 20:26

With Christy
Reality is wrong, dreams are fort real
Spoiler:
 

L'ambiance venait tout un coup de s’alourdir. Le sujet abordé n'aidait pas à la décontraction et Peter était bien heureux d'avoir choisi un métier plus sécuritaire. Bien sûr, le métier qu’exerçait sa sœur de cœur était indispensable, mais ce n'était tout simplement pas pour lui. Mettre sa vie en danger, ce n'était pas trop son truc, il préférait sauver des vies et ne pas avoir à faire à des assassins et autres serials killers. Christy sauvait des vies à son niveau, comme lui quand on lui amenait un patient, mais les choses se faisaient d'une manière bien différente. Peter se contentait d’exercer une pratique médicale et tentait par tout les moyens d'y arriver. Il n'avait pas besoin de s'inquiéter, en toute logique, sa journée se terminerait bien ou mal, mais il rentrait chez lui en bon état. Pour la miss , l'histoire était différente et il n'était pas étonnant que ce genre de cas laisse des traces psychologiques quand on commence tout juste dans le métier. D'ailleurs, le beau brun doutait fortement qu'un agent de carrière puisse vivre ce genre de situation de manière neutre et posée. Comme tout à chacun, l'émotion reste présente et cet homme quel vient d'évoquer fait sûrement partit de ceux qui vous marquent.

Quelques gorgées de sa boisson gazeuse et il se cala encore un peu plus dans sa chaise, comme l'aurait fait un ado après le lycée. Non, il n'avait pas tellement grandi, il aimait cultiver son côté enfant, jugeant que cela rendait ça vie plus palpitante. Pourtant il avait bien dû mal à comprendre la jeunesse actuelle ou encore à tolérer les amusements des autres quand ceux-ci le déranger dans sa sphère privée. On ne peut pas le changer…

En tout cas, une chose était sûre, cette conversation avait légèrement dévié. Christy semblait intéresser par les rêves, un sujet assez intéressant quand on daigne vraiment se pencher dessus. Peter avait tenté , parfois, de s'y accrocher, mais le manque de temps l'avait finalement empêché de vraiment approfondir ses pensées. Maintenant, il avait de plus en plus envie de replonger dans cette étude. En particulier à cause de ses rêves qui le prenaient sérieusement de court. Au début, il avait pensé qu'il s'agissait peut-être d'un petit problème lié à sa vie actuelle, mais ça commençait quand même à devenir de plus en plus vraisemblable et donc différent du rêve comme on l'entend. Bref, il allait vraiment devoir se plonger dans le sujet pour essayer d'en apprendre plus. Sa curiosité le pousser dans cette direction, il crevait d'envie de savoir la signification de ces images qui le hantaient la nuit…

«  Me regarde pas comme ça, je suis pas fou » plaisanta t'il. D'accord, c'est assez étrange de rêver jusqu'à devoir se lever. « ça va ? tu déconnectes » amusé, mais quelque peu inquiet , il se demandait bien ce qui pouvait se passer dans la tête de la demoiselle pour que celle-ci parte dans ses pensées, au point que son regard s'éteigne presque pour laisser place à une lueur différente, peut être plus vivante qu'il ne lui connaissait pas. Maintenant s'il se mettait lui aussi à avoir des hallucinations, ils n'étaient pas sortis de l'auberge.

Enfin, elle revient doucement à elle. Un léger sourire se dessine sur les lèvres de Peter qui finit enfin par se redresser. S'il y a une chose qu'il sait bien faire, c'est parler. Avec le temps, les années qui passent, vous, apprenez à dire les choses, surtout quand il s'agit de choses graves. Quand on doit expliquer une maladie, il faut savoir le faire , sans pour autant perde les patients dans des discours trop pointus et surtout, il faut réussir à les intéresser. « Les rêves ont toujours fasciné les hommes. De nombreuses cultures attribuaient aux rêves une signification. Pour certains ils peuvent révéler l'avenir, pour d'autre il s'agit d'une évocation de notre âme, un message de dieu. Pour Freud, le rêve est un moyen d'exprimer ses désirs inconscients » conclut'il pour éviter de plomber l'ambiance en parlant de philosophie . « Le sujet est intéressant, plusieurs idées se confrontent. Mais, finalement, on en revient toujours au même. On ne rêve pas, par hasard, certains rêves signifient quelque chose, le plus difficile reste à le comprendre… et pour ça personne n'a encore eu la formule magique » . Peter se redressa pour aller faire sortir le chien qui grattait frénétiquement à la porte. Sa mère adorait son – Georges ( en l'honneur à l'acteur × )- . «  Évite de passer sous le grillage cette fois-ci » grommela t-'il avant de revenir auprès de la demoiselle. « ça à l'air de t'intéresser, j'ai des livres dessus si tu veux, je m'y suis intéressé à un moment, puis par manque de temps, j'ai dû abandonner l'affaire. »




_________________

+ i need my absolution
What a piece of work is a man, how noble in reason, how infinite in faculties, in form and moving how express and admirable, in action how like an angel, in apprehension how like a god.© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t103-to-be-or-not-to-be-peter
CRESCENT



☾ RÉINCARNATION : allemande, étudiante en littérature décédée dans un crash d'avion. (03/05/71 - 21/12/88)
☾ OCCUPATION : policière.
☽ AVATAR : georgina haig.
☽ CRÉDITS : ©shiya
☽ MESSAGES : 313
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 425
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Sam 20 Sep - 22:31

reality is wrong. dreams are for real.

Peter Adcock.

« Me regarde pas comme ça, je suis pas fou. » Non, ce n’était pas lui le fou, c’était elle. Elle qui pour la première fois avait semblé perdre le contrôle de son corps et de son esprit, comme si une autre conscience tentait de l’étouffer, de l’écraser pour s’imposer, et avoir le pouvoir de maîtriser les mouvements. Elle avait même failli renverser sa tasse de thé. Pour se rassurer et se dérober aux yeux de son interlocuteur, elle plongea ses lèvres une fois de plus dans le liquide. Après plusieurs gorgées, elle releva les yeux en tentant un sourire qui, elle l’espérait, avait l’air convaincant. Fébrile à l’idée de faire tomber la tasse lors d’une nouvelle absence, elle la posa avec précaution sur la table basse qui leur faisait face. « ça va ? tu déconnectes » Il semblait lire en elle comme si elle était un livre ouvert, un roman dont les lignes étaient faciles à comprendre et qui ne comptaient aucun sens caché par l’auteur. Elle songeait parfois qu’elle était bien plate, monotone, pas tellement intéressante finalement puisqu’elle ne réservait de véritable surprise à personne. L’on comprenait trop aisément ce qu’elle pensait mais qu’elle n’osait dire. Elle avait rejoint les forces de l’ordre pour pouvoir, qui sait ?, avoir l’opportunité un jour de vivre une aventure digne de celle que l’on voyait trop souvent dans les films. « Oh je réfléchissais, le travail, les préoccupations. » Mentit-elle.

A quoi cela pouvait-il bien lui servir de continuer de cacher ce genre de chose à la personne qui était la plus proche d’elle ? Ils avaient beau ne pas être reliés par les liens du sang, comme elle l’était avec Ezekiel, Peter était son meilleur ami, son frère, son confident. Malgré cela, cette dernière fonction avait été assez peu utilisée depuis quelques temps. Mais la vérité, c’était qu’elle avait peur. Peur de mettre des mots sur ce “traumatisme“, peur que mettre des mots lui fasse réaliser que cela était bien réel. Elle ne voulait pas perdre la tête, elle ne voulait pas être comme Cavendish, elle ne voulait pas finir par être transférée à l’asile où son cousin devrait s’occuper d’elle. Elle ne voulait pas de tout cela, elle désirait rester indépendante et saine d’esprit le plus longtemps possible. Et si à cause de cela, elle gardait ce secret pour elle, c’était tant pis. Elle ne voulait pas que les regards qu’on lui portait changent. Elle voulait rester cette même Christy, qui avait rejoint les forces de l’ordre pour aider et servir.

Puis, Peter lui parla des rêves, des théories à ce propos. Bien que le thème pouvait avoir une dimension plutôt philosophique, ce qui généralement déplaisait grandement à la jeune femme, elle aurait pu écouter son ami parler pendant des heures tellement il rendait ce sujet des plus intéressants. Il en parlait avec un tel intérêt, il semblait transmettre sa curiosité, comme s’il était un orateur né, né pour partager avec d’autres. Peut-être était-ce cela la signification de son rêve. Il voulait écrire pour établir un lien, se lier, partager. Peut-être.
Il la laissa quelques instants, le temps de s’occuper un peu de Georges, le chien qui témoignait parfois un peu trop d’affection à l’égard de Christy. En attendant, pendant qu’il ne pouvait pas la voir, elle poussa un profond soupir et fixa quelques secondes le plafond. Elle ressentait encore la peur de perdre le contrôle, elle se répéta intérieurement qu’elle allait bien, qu’elle n’avait rien à craindre. Elle se ressaisit rapidement.
Peter revint finalement : « ça à l'air de t'intéresser, j'ai des livres dessus si tu veux, je m'y suis intéressé à un moment, puis par manque de temps, j'ai dû abandonner l'affaire. » « Oh, je veux bien, je lirai sans doute deux, trois livres sur le sujet quand j’en aurai fini de cette affaire. » Oui, encore cette affaire Cavendish qui la hantait.
Elle regardait Peter, son visage doux et amical qui lui souriait. Elle devait lui dire, elle ne pouvait plus garder une telle chose pour elle. Elle avait confiance en lui, elle l’avait toujours eu, ils avaient pratiquement été élevés ensemble, malgré la différence d’âge, celle-ci ne s’était jamais fait ressentir. Elle songea encore une fois à son rêve, à son reflet dans la vitre de l’aéroport, elle ne pouvait plus le lui cacher. De toute façon, il l’aurait deviné tout seul à un moment ou à un autre … « La vérité Peter, c’est que j’ai des rêves, ou plutôt un seul qui revient presque chaque nuit. Il paraît tellement réel que je suis toujours surprise de me réveiller. Je suis dans un aéroport, celui de Heathrow si je le reconnais bien, tout semble normal jusqu’à ce que je vois mon reflet dans une vitre et je ne me ressemble pas du tout, je ne suis tout simplement pas moi … » C’était dit. Elle se mordit la lèvre avant de rajouter : « J’ai peur de finir comme Cavendish, que ce ne soit que le début d’un dédoublement de la personnalité … »

made by LUMOS MAXIMA

_________________
HIGH HOPES
Beyond the horizon of the place we lived when we were young, in a world of magnets and miracles, our thoughts strayed constantly and without boundary, the ringing of the division bell had begun.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t117-christy-there-s-still-nobody-home
GIBBOUS



« Si faire était aussi aisé que savoir ce qu'il est bon de faire, les chapelles seraient des églises, et les chaumières des pauvres gens des palais de princes. »

☾ RÉINCARNATION : William Shakespeare [1564 - 1616]
☾ OCCUPATION : chirurgien urgentiste
☽ AVATAR : Tom Hiddleston
☽ CRÉDITS : Tag
☽ MESSAGES : 278
☽ INCARNATION : 22/07/2014
☽ ÉTOILES : 348
MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   Dim 21 Sep - 18:27

With Christy
Reality is wrong, dreams are fort real
Peter avait aussi cette fâcheuse tendance à déconnecter du monde réel pour trouver refuge dans ses pensées. Après tout, c'est le seul lieu où l'on est libre, où il n'y a pas de limites. Parfois, partir fait du bien, il faut juste savoir revenir pour ne pas vivre en se berçant d'illusions. Mais dans ce cas, cela semblait différent. Peter avait dû mal à l'expliquer, mais pendant un instant, il avait senti la demoiselle très loin de lui, voir tout simplement absente. « Ok.. » L'avantage avec Christy, c'est qui la connaissait bien, peut-être un peu trop bien pour croire à ce petit mensonge. Elle avait quelque chose en tête, ça c'était sûr et certain, mais il ne s'agissait pas de son travail. Alors de quoi pouvait-il s'agir ? Son travail était déjà assez prenant et vu ce à quoi elle devait faire face, elle aurait eu de nombreuses raisons pour avoir besoin de temps… Sauf que là, cela ne semblait pas être le cas, mais il pouvait toujours se tromper. Après tout, l'erreur est humaine. Avec le temps, mais aussi l'expérience, le chirurgien avait appris qu'il n'est jamais bon de pousser les gens dans leur retranchement. Quand on est chirurgien, il y arrive souvent que l'on doive changer de casquette pour mettre celle de psy. Comprendre les gens, les rassurer, essayer de les percer à jour fait partit du travail. En tout cas, c'est de cette manière qu'il conçoit son travail. Si certains chirurgiens se moquent totalement de l'aspect psychologique de leur patient, ce n'est pas son cas. Il ne passe pas son temps à opérer, il lui arrive de devoir faire face à des blessures plus légères physiquement, mais qui a contrario laissent de grandes blessures psychologiques. C'est le cas pour toutes les femmes battues qu'il a croisé dans sa carrière et qu'il a tenté de convaincre à porter plainte afin d'échapper à leur bourreau. Pour certaines, cela a fonctionné, quant aux autres il ne peut plus qu'espérer qu'elles aient réussi à s'en sortir. Tout ça pour dire qu'il a toujours attaché une importance considérable à ce qui se passe à l'intérieur et pas uniquement à l'extérieur. C'est d'ailleurs aussi une des raisons qui le poussent à écrire. Il adore travailler son personnage, le créer, le moduler, lui construire un esprit, lui offrir des émotions et jouer du tout.

Étudier les rêves avait fait son chemin durant ses débuts sur les bancs de la Fac. Tout ça à cause d'une amie dont il s'était épris et qui possédait une certaine passion pour tout ce qui touchait à l’onirologie. En tout cas, une chose était sûre, il avait trouvé le sujet qui intéressait la jeune femme. Un point positif pour tenter de la sortir de ses peurs ? « Aucun souci je te les passerai la prochaine fois ou si tu veux tu peux toujours venir les chercher chez moi ». Ne vivant pas chez sa mère, heureusement d'ailleurs, il ne pouvait pas le lui donner maintenant, mais il allait le marquer dans son agenda pour éviter d'oublier.

Lui qui pensait donner à la belle quelques réponses pour la rassurer, venait juste de lui donner de quoi penser et penser encore. Elle aussi… Cela devenait de plus en plus étrange. Il ne comptait plus le nombre de personnes qui lui avaient parlé de ce genre de trouble, mais chez Christy ça semblait avoir atteint un certain niveau. On n'était pas dans le rêve simple, mais dans quelque chose de bien plus fort, dans tout cas assez fort pour la terroriser… D'une manière ou d'une autre, elle avait assez confiance en lui pour crever l’abcès qui la bouffait depuis des semaines, voir peut-être même des mois. Peter ne c'était pas attendu à ça, il aurait sûrement préféré quelque chose de différent, plus adapté à une vie de jeune femme de son âge. Pas ce genre de soucis qui vous amènent obligatoirement à vous poser des questions. La main de Peter se posa tendrement sur celle de la jolie blonde. « Tu ne finiras pas comme lui. Tu rêves d'un aéroport, c'est pas ça qui va te donner de devenir une tueuse en série » La fin de sa phrase se voulait rassurante bien qu'une pointe d'amusement s'y trouver, dans le but de détendre la belle, de la rassurer. « Qu'est-ce qu'il se passe dans ton rêve… Comment tu sais qu'il s'agit de cet aéroport en particulier ? » En effet, elle avait été assez pointue dans la description du lieu, ce qui était étonnant. Il est rare de vraiment pouvoir décrire un endroit, bien que certains y arrivent parfois. «Tu sais selon certains ce qui importe le plus ce n'est pas l'enveloppe charnelle, mais ce qu'il y a derrière. En gros qu'importe le visage que tu as, la seule chose qui compte, c'est ce que tu es vraiment, l'âme est importante, le corps finalement ce n'est qu'un réceptacle » vraiment ? Il était peut-être temps pour lui d'arrêter de lire ce genre de conneries, mais il ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher.




_________________

+ i need my absolution
What a piece of work is a man, how noble in reason, how infinite in faculties, in form and moving how express and admirable, in action how like an angel, in apprehension how like a god.© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t103-to-be-or-not-to-be-peter
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Reality is wrong. Dreams are for real. - Christy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» fsx vs reality
» [Recherche] REAL GHOSTBUSTERS SLIMED HEROES MOC.
» Fragile Dreams.
» WGP Real Race Feeling
» [Deck - Joute] Le Siège de Port-Real - Siège de Winterfell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ WHERE IS YOUR IDENTITY ? :: 
tewkesbury
 :: South
-