Partagez | .
 

 don't tell me there's no hope at all ☾ Bae.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CRESCENT



☾ RÉINCARNATION : allemande, étudiante en littérature décédée dans un crash d'avion. (03/05/71 - 21/12/88)
☾ OCCUPATION : policière.
☽ AVATAR : georgina haig.
☽ CRÉDITS : ©shiya
☽ MESSAGES : 313
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 425
MessageSujet: don't tell me there's no hope at all ☾ Bae.   Jeu 11 Sep - 22:03

don't tell me there's no hope at all

Djaysie Bae  Monsroh.

Il commençait à se faire tard et malgré le fait que la journée n’avait pas été des plus palpitantes, ni même des plus intéressantes ou productives, la jeune femme était en train de céder à la fatigue. Ses pensées vagabondaient sans cesse, sans lui permettre un seul instant d’expérimenter la douceur du répit. Sa fonction de membre des forces de l’ordre ne lui offrait guère de moment de tranquillité, c’était ce qu’elle avait recherché toutes ces années plus tôt en rejoignant la police de Tewkesbury. Elle avait refusé la perspective d’une vie banale, réglée par une routine quotidienne, elle avait toujours eu ce besoin d’aventures, d’être surprise par la vie au lieu d’en être victime. De plus, l’idée de voyager à travers le monde n’avait jamais réellement été une possibilité, c’était un statut qui lui rappelait trop ses parents qui l’avaient abandonnée et elle ne voulait pas donner à un éventuel enfant ce même sentiment qu’elle avait ressenti. L’abandon avait construit la personnalité de la jeune femme qu’était devenue Christy Swire, sans cela, elle aurait été dans un véritable cocon familial, protégée, aimée, chérie et elle en aurait été complètement différente.

Elle éteignit son poste de travail, ce jour-là, elle avait essentiellement rempli de la paperasse sur des petites affaires de délinquances de jeunes du quartier, ou des environs qui venaient mettre leur grain de sel à Tewkesbury … Elle salua ses collègues qui lui souhaitèrent une bonne soirée en retour. Lorsqu’elle quitta le commissariat, les épais nuages qui se rassemblaient dans le ciel, bloquant les rayons du soleil, donnaient l’impression que la nuit était sur le point de tomber alors que la soirée ne faisait que commencer. La jeune femme rentra chez elle, où elle en profita pour se changer. Après une longue journée enfermée dans son bureau, son uniforme devenait des plus gênant. Elle enfila en vitesse des vêtements plus confortables. Sa grand-mère l’avait prévenue qu’elle serait absente le soir, ainsi Christy avait décidé de se faire le petit plaisir de retourner en ville pour aller au restaurant, et de cette façon, voir d’autres visages que ceux, trop connus, de ses collègues.

Après un court trajet en voiture, rythmé par l’album The Wall de Pink Floyd qu’elle avait acheté récemment, elle arriva dans la partie nord de la ville, un lieu vivant, aux rues remplies d’habitants et de touristes que la météo grise de cette partie de l’Angleterre ne rebutait pas. Elle se gara, vagabonda quelques instants dans les rues avant de rentrer dans un restaurant, un peu au hasard. Elle s’installa à une table, et commença à regarder le menu. Elle s’interrompit soudainement lorsqu’elle vit faire des allers-retours en cuisine un visage qu’elle avait bien connu. Djaysie, un nom bien original qu’elle ne pouvait pas oublier. Elle se souvenait au lycée d’avoir appris qu’il avait été arrêté pour meurtre, il avait seize ans, elle dix-huit. Cette arrestation l’avait profondément choquée, si bien qu’elle avait fini par mener sa propre enquête, sa première enquête. Elle avait installé un tableau dans sa chambre et résumé les faits, convaincue de l’innocence du jeune garçon. Il avait été en prison pendant quelques temps. C’était la première fois que Christy le revoyait depuis. Elle n’en croyait pas ses yeux tellement il semblait avoir changé.

made by LUMOS MAXIMA

_________________
HIGH HOPES
Beyond the horizon of the place we lived when we were young, in a world of magnets and miracles, our thoughts strayed constantly and without boundary, the ringing of the division bell had begun.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t117-christy-there-s-still-nobody-home
CRESCENT

"L'Enfer n'a pas de fureur qui égale celle d'une femme dédaignée"

“The demons almost got me! But glory be to Jesus, and when he arrives on his flying saucer from the planet Jupiter I'll be there on the golden shore to kiss his hand!”
☾ RÉINCARNATION : Boadicée ( † 30 après J.-C. - 61 -I- )
☾ OCCUPATION : Etudiant en psychologie et serveur
☽ AVATAR : Sam Harwood
☽ CRÉDITS : DARK•PARADIZE
☽ MESSAGES : 68
☽ INCARNATION : 21/08/2014
☽ ÉTOILES : 84
MessageSujet: Re: don't tell me there's no hope at all ☾ Bae.   Mar 23 Sep - 8:38

“What you must understand about me is that I’m a deeply unhappy person.

Christy Swire µ

Le jour se fût violent, tellement que je venais d'en oublier comment était la nuit. Ma mère était là, au dessus de moi m'apposant un doux baisé sur le front après avoir quitté la fenêtre d'où, la garce avait ouvert les rideaux. Je râlais comme à mon habitude, j'exécrais cette façon de faire, j'aimais, me réveiller de moi même et avoir ce temps pour immerger. Je me levais, écartant les courtines de mes bras encore endormis. Poser le premier pied à terre était une mauvaise sensation pour moi, car le carrelage était froid et que le contact me réveillait de suite, un mythe disait que les sorcières au contact du sol prenaient un regain de puissance, dommage que je n'en sois alors pas une. Je regardais l'heure, le service devait commencer dans vingts-cinq minutes, alors je me hâta quelque peu, produisant une toilette rapide et efficace. Je descendis, remarquant que ma maman venais il y a peu de changer la vitre de la porte pour de vitraux spéculaires, en arrivant dans la cuisine, je vis que le petit déjeuner était déjà près, mère perfection avait donc encore sonnée. Je m’emparais de l'uniforme du restos dans lequel je travaillais, essayant bien que difficilement de l'enfiler en même temps que j'apportais les cuillères de céréales à ma bouche. Enfin près, ma mère avança vers moi, pour me soigner les finitions et m'embrassa sur la joue avec un « bonne journée Djay », mais comment cela pouvait il être une bonne journée, servir pendant toute la sainte journée quantités de clients tous plus nuisibles les uns que les autres. Malgré ma nonchalance j'étais bien obligé pour continuer les études, personne n'embauche un mec qui a fait de la prison pour des boulots sérieux.  


Cela ne faisait à peine que trente minutes que j'avais commencé et déjà les problèmes étaient bien présent ; les gens croient vraiment, du moins je pense, que nous les serveurs ont est des chiens. L'autre, m'avait bien fait chier, à me crier a mes oreilles que, non, il en avait marre des escargots que je lui avais amené il y a quelque temps, il en voulait des bien baveux, cela faisait la troisième putain de fois que je revenais vers lui avec toujours, une nouvelle cargaison d'escargots qu'il rejetait à chaque fois. Je commençais à ne plus être très plaisant. Quand le Billie, le cuisinier, lui aussi exaspéré eut finit une autre fournée d'escargots qui à la longues me dégoûtèrent, je pris l'assiette et en chemin pour la table du gros con, je cracha dans son assiette, il en voulait des baveux bah le voilà servit. J'avais du mal à enlever se sourire diabolique de mon visage, mais je m'y força en arrivant près du couillon. Je luis posa l'assiette sur la table, attendant là, à ces côtés, guettant la réaction à la première bouchée.Quand il approcha la fourchette de sa bouche j'avais les yeux, qui poussaient de la fourchette du mec à sa bouche comme si j'avais le pouvoirs de la lui mettre de force dans la gueule.

Il mâcha, il mâcha longtemps, il devait être connaisseur puisque d'habitude il gobait l'escargot d'un coups le porc, mais là il devait flairer le problème, soudainement, il lâcha la cuillère d'un coup, son visage tourna à vermeille. Il était en colère et commença à me dire que j'étais un petit con et qu'il savait que j'avais mit du cracha dans son plat, il fini sa tirade en disant que j'étais vulgaire, je ne sais pourquoi mais c'est là où moi aussi j'ai démarrer au quart de tours. J'étais vulgaire, et alors hein, j'avais bien droit moi, avec ce qui m'est arrivé, je suis vulgaire, mais putain qu'est ce que ça peut te foutre, moi j'ai fais la prison, alors que j'avais les mains blanches, alors si je pouvais bien être quelque chose s'était vulgaire fichtre. Mais bordel, les gens ils disent que j'ai changé, mais où est le foutu problème, être vulgaire, après tout ce que j'avais enduré, je pouvais me le permettre non ?!

Mais je ne lui dis pas cela, la chose que je fis c'est l'attraper par les oreilles et le jeter dehors. Sur le coups je n'étais pas le seul à en avoir envie, le patron m'avait même applaudit, a croire que ce rigolos faisait ça souvent, je me rappellerais que si Darius me demande si je peux faire son service, je déclinerais l'invitation. L'ambiance était redevenue calme, j'avais calmé ma pétulance , j'avais un naturel à ébaudir les gens mais à ce moment là je n'étais pas dans cette optique. Je continuais mes tours entre la grande salle et la cuisine, machinalement, sans même regarder autour de moi, mais un moment quelque chose me stoppa net dans ma traversée, je reconnus une belle blonde que j'avais déjà vu roder autour de moi, je la reconnus, à cette senteur qui se dégageait d'elle, Magnolia. Je finis mon tour et m'approcha de sa table, je luis souris, et m’essaya ensuite, elle avait commandé un tarte aux pommes, mais l'assiette n'était que peu entamée, je lui chipa la cuillère de la mains et la plongea dans la tarte pour en déguster un bout, y avait pas a dire, les tartes à Billie c'était un paradis.

Alors comment sa va ? Dis-je la bouche pleine. Tes bonne, un peu comme cette tarte, c'est la première fois que tu viens ici, j'ai pas le souvenir de t'avoir déjà vu franchir les portes de se restos meuf. C'est bon hein ? J'analysais chacune de ces expressions, j'adorais faire cela. Au fait je t’ai jamais demandé, ton parfum c'est magnolia ?

made by LUMOS MAXIMA

_________________
Kill and run ۞

“I am a dumb piece of meat
and I rot everyday
my flesh gives a rotting smell
and people say it's the smell of life
and they come to me
and watch me rot
and get happy and upset and annoyed and disgusted
but they don't realize they are rotting too.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

don't tell me there's no hope at all ☾ Bae.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Forgotten hope 2.2 normandie
» STAR OCEAN - THE LAST HOPE
» SWANN ✚ hope you forgive me.
» Star Ocean 4 - The Last Hope
» Drink team : Campagne Terminator Falling Hope

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ WHERE IS YOUR IDENTITY ? :: 
tewkesbury
 :: North
-