Partagez | .
 

 Rencontre gourmande - Angelo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FIRST QUARTER



☾ RÉINCARNATION : Catherine de Médicis - 13/04/1519 - 5/01/1589
☾ OCCUPATION : Lycéenne et étudiante en Chimie
☽ AVATAR : Elle Fanning
☽ CRÉDITS : Bazart et tumblr
☽ MESSAGES : 130
☽ INCARNATION : 03/09/2014
☽ ÉTOILES : 260
MessageSujet: Rencontre gourmande - Angelo   Ven 26 Sep - 21:20

«Une belle journée ensoleillée vous attend demain» qu'elle avait annoncée la miss météo. Leanna ronchonnait en cours de Philosophie, assise sur sa chaise près de la fenêtre. Il faut croire qu'elle n'avait pas eu raison cette fois. 16 h sonnait, c'était la fin de son dernier cours et Leanna jeta un coup d'œil au temps à travers la vitre. De la pluie, il n'y avait que de la pluie. Depuis ce matin 7 h, il pleuvait sans discontinuité. Un véritable cauchemar pour l'adolescente et ses cheveux. À tout moment, elle risquait la catastrophe du siècle, à savoir des cheveux totalement frisés. 16 h avait sonné et son supplice prenait fin. Après avoir constater qu'il pleuvait encore, la jolie blonde sauta presque de sa chaise.
«Toujours aussi pressée mademoiselle Farnese !» lança le professeur en la toisant du regard. Sans se décomposer le moins du monde, Leanna le regarda et lui offrit un magnifique sourire avant de répondre simplement :  «Mais le cours est fini Monsieur, puis je doit me dépêcher de rentrer pour m'avancer dans mes devoirs à rendre.». Le professeur ne répliqua pas. Une fois de plus elle avait su avoir les mots justes. Après ça, Leanna quitta la salle de cours, rejointe par quelques filles. Comme on pouvait s'y attendre de sa part, arrivant devant la porte, elle sortit de son sac un parapluie rétractable. En un mouvement des plus gracieux dont elle avait le secret, elle ouvrit en même temps la porte et le parapluie. «Ouf, sauvée» pensa-t-elle. Sa coordination parfaite avait évité un mouillage de cheveux des plus mal venu. Elle quitta ses amies et prit la direction du centre de la ville. Elle marchait vite, plus vite rentrée, plus vite … rentrée. Sur le chemin, elle fut attirée par l'odeur alléchante d'une boulangerie pâtisserie. Ni une ni deux, elle accéléra le pas et se pointa devant la vitrine. Éclairs aux chocolats, croissants aux amandes, religieuses, parts de tarte, flan, mini tartes et elle en passait. Elle salivait presque devant toutes ces gourmandises qui l'appelaient. «Mange-moi ! Mange-moi !» qu'elles lui disaient.  «Non non» se répétait Leanna. Elle ne devait pas succomber à leur appel. Et puis divaguant légèrement, une Leanna dotée de cornes rouges apparut dans la vitrine. «Non mais ça va pas te tuer de manger une pâtisserie une fois de temps en temps», disait-elle. Soudain supplantée par une Leanna en blanc avec des ailes celle-ci répliqua : «Pense à ta ligne jeune fille. Les sucreries font grossir».
«Je peux vous aidez mademoiselle ? ». La vendeuse venait de sortir de sa boutique intriguée par son comportement. Leanna sursauta et la dévisagea outrageusement. Esquissant un léger sourire, celle-ci répondit :  «Euh oui peut être je .. je vais entrer et réfléchir à celle que je prends». La vendeuse ne dit rien et retourna dans sa boutique. Leanna la suivit et après un quart d'heure supplémentaire d'hésitation elle jeta son dévolu sur un croissant aux amandes qu'elle paya.  Elle fit demi tour et sur le pas de la porte, concentrée sur son parapluie et son croissant, elle heurta une chose. Cette chose, n'était autre qu'un jeune homme blond qui manqua de lui faire tomber sa gourmandise.  «Mais c'est pas vrai !» jura-t-elle en italien.

_________________
J'obtiens toujours ce que je veux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t250-leanna-fiora-farnese-toutes-les-roses-ont-des-epines



☾ RÉINCARNATION : Jean-Baptiste Lully - 28 Novembre 1632 à 22 Mars 1687
☾ OCCUPATION : Fleuriste, artiste indépendant & Etudiant en Beaux arts
☽ AVATAR : Alex Pettyfer
☽ CRÉDITS : moi-même, et toc !
☽ MESSAGES : 95
☽ INCARNATION : 19/09/2014
☽ ÉTOILES : 205
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Sam 27 Sep - 18:52

La nuit avait été longue, très longue.
Tu n'avais pas réussi à trouver le repos, incapable de fermer les yeux ne serait-ce qu'un instant. Tu avais un examen à la fac et tu devais faire le déplacement jusqu'à Londres au petit matin. Tu n'avais pas étudié, tu n'en avais pas besoin. Pour une raison que tu ignorais, tu n'avais pas envie de jouer online ni même d'être devant l'ordinateur... Au lieu de cela, tu as passé la nuit sur ton piano, à composer. Tu le faisais naturellement, instinctivement. Tu savais pourquoi tu étais doué d'un tel don dans le domaine musical mais tu ne l'avais jamais acclamé. Tu étais discret, là dessus. À quoi bon parler de réincarnation, de souvenirs qui  pouvaient n'être qu'une illusion, une hallucination, et qu'on te prenne pour un dingue ? Non... le fait de passer pour un fou ne te dérangeait pas tellement que ça, au final. C'était plutôt le fait qu'on te croit mythomane qui te dérangeait.

Un soupir se fraya chemin entre tes lèvres alors que tu songeais à une certaine personne. Ta voix te parvenait et te rendait toute chose, tu étais frustré. Tu savais qui était-ce, mais tu étais incapable de voir son visage. Brusquement, tu as cessé la douce sérénade que tu jouais, aplatissant les touches du piano tout en laissant qu'un bruit désagréable et grave se repende entre tes murs. Tu ne voulais pas pensé à cet homme qui avait gâché ta vie, ton actuelle vie. Qui étais-tu, au final ? Peu importait cela, tu ne devais pas abandonner celui que tu étais, tu ne devais pas remplacer ton caractère par celui d'un autre. Tu ne voulais pas être quelqu'un d'autre, simplement, mais tu n'avais pas refusé d'être qui tu étais puisque tu n'avais jamais cessé de l'être. Quam paradoxale était-ce, mon cher Angelo... Ne réfléchis plus, je t'en prie.

Quel silence...
Ni les ronronnement de Gin et la pluie battant contre les vitres de ton humble demeure pouvaient perturber ce silence de mort. L'habituel brouhaha de la foule s'était transformé en une suite de pas aussi mesurés que pressés. Dehors, dans la rue, il n'y avait quelques valeureux arpentaient les rues de Tewkesbury. Certains avaient prévu les averses, déambulant sous leurs parapluies, tandis que d'autres cherchaient aussitôt un endroit où s'abriter. Les anglais n'aimaient pas la pluie, c'était connu, pourtant, ils devraient y être habitués. Tu adorais la pluie et détestais le beau temps pour maintes raisons. Tu devrais être content, hu ? Pourquoi ne l'es-tu donc pas ?

Tes yeux avaient prit une teinte sombre, un gris cendré avec quelques éclats de jade qui n'annonçaient rien de bon : tu n'avais pas envie d'aller à la capitale, non plus mais tu te devais de le faire. De toutes façons, il ne te restaient plus que deux ans d'études. Difficilement, tu t'es levé de la banquette qui se trouvait devant le piano et tu as fermé le couvercle avant de t'en éloigner. Tu devais prendre une douche et déteindre de nouveau tes cheveux puisqu'ils reprenaient leurs couleurs d'origine. Oui, tu étais blond, mais pas platine ou blé, comme tu t'affichais d'habitude. Ta chevelure était blonde vénitienne. C'est à dire ? Tu avais plusieurs nuances parmi ces mèches rebelles : du roux, du châtain, du blond clair et du blond foncé, entre autres.

Tu t'es rapidement douché et as été d'habiller pendant que la teinture s’imprégnait dans tes cheveux. Tu as enfilé un jean clair, un marcel noir, un keffieh -à motif tartan noir et blanc- et une veste en sky noire. Ensuite, tu t'es préparé un chocolat chaud et tu es descendu à la boutique afin d'accrocher une affiche sur laquelle tu avais marqué « Fermé pour reformes ». Non, Greg' et Max' n'avaient pas vraiment prévu de faire des reformes pendant les examens, mais ainsi, ils pouvaient profiter du temps libre pour mettre tout en ordre. Ils voulaient changer la cuisine et repeindre la boutique. Et puis, quatre tables était peu, ils voulaient en acheter davantage pour le salon de thé. Tu n'avais rien à faire dedans, tu étais maladroit et tu n'avais aucune force -autre que pour porter des pots de fleurs ou l’arrosoir, et encore-.

Tout en buvant ta petite douceur du matin (dis plutôt que tu as mit la moitié du pot de sucre dedans, oui), tu as englouti le dernier paquet de madeleines qui restait. Tu n'avais plus grande chose à la maison, tu devais non seulement faire des courses mais refaire ton stock de sucreries, aussi. Meh. Qu'est-ce que tu détestais faire les courses, seul qui plus est... Tu as laissé ton mug sur la table et tu es allé rincer tes cheveux.

Une grimace tirailla ton visage lorsque tu as vu l'heure : tu allais être en retard si tu ne te grouillais pas. Sans même sécher tes tiffes, tu as enfilé tes converses et tu as pris ton sac à la volée, manquant de faire tomber tout ce qui se trouvait à ton passage. Tu n'avais pas besoin de fermer ton appartement à clé, puisqu'on n'y accédait qu'à partir de la boutique. Hormis tes deux amis d'enfance, personne venait, donc... Osef.

Faisons une petite ellipse, trésor. Ton indice de conneries journalières est toujours le même. Cependant, je me permets de signaler que tu as faillit te chier le train de retour, où une lycéenne t'a donné de l'urticaire, et que tu as oublié ton parapluie dans le bus. Autobus que tu as faillit louper aussi, d'ailleurs... Tout ça pour rien, au final, puisque le professeur n'était pas là et l'examen avait été remis à un autre jour. La joie de ne pas être social et d'étudier par correspondance. Et qu'est-ce qu'on a appris aujourd'hui ? RIEN. Comme d'habitude. Tu aurais tout simplement du rester chez toi, cet exam' était irrelevant pour toi.

Quoi qu'il en soit, tu avais d'autres préoccupations, pour l'instant. Ta priorité était d'aller grailler quelque chose avant de faire les courses. Tu étais quelqu'un de flemmard mais, quand ça concernait la bouffe, peu t'importait traverser la ville entière pour acheter quelque chose de bon. Heureusement pour toi, une des meilleures pâtisseries se trouvait dans ton quartier. Vous leur faisiez de la publicité, puisque vous leurs commandiez la plupart des gâteaux pour le salon de thé. Et, même en dehors de cela, tué tais un habitué. Tu ne t'entendais pas avec le petit fils du propriétaire, le grand frère de Gregory, mais le pépé était quelqu'un de sympa, qui te faisait toujours des promotions et te faisait goûter les nouveautés avant de les mettre en vente.

Afin d'éviter de trop te prendre la flotte, tu as bordé les ruelles comme n'importe quel autre passant sans parapluie l'aurait fait. Cependant, et à défaut des autres, tu as été le seul à t'arrêter face à une boîte en carton complètement inondée. Quelques faibles miaulements s'en échappaient, attirant ton attention. Ainsi, sur un vieux t-shirt, trois boules de poils tremblotaient et une -à peine plus grande- les couvrait aussi bien que mal : une minette avait été abandonnée, observant les passants d'un air méfiant. Elle était maigre et on ne pouvait plus grande chose pour elle. Quelqu'un avait déposé quelques restes de nourriture près du carton, sur un sac en plastique, mais la féline n'y avait pas touché.

Depuis quand était-elle là ?
Délicatement, tu as posé les chatons à l'intérieur de ton sac, sur ta veste de rechange et, dans l'espoir de pouvoir aider la mère, tu l'as prise aussi. Tu les as séchés un peu et tu as fermé le sac, ne laissant qu'une petite partie ouverte, et tu l'as gardé contre ton torse, accélérant le pas. La pâtisserie pouvait attendre et le vétérinaire le plus proche n'était que quelques ruelles plus loin. Tu n'aimais pas courir, tu détestais ça, mais c'était un cas de force majeur. Ce que tu faisais pour des simples chats de gouttière, tu ne l'aurais jamais fait pour un humain, à moins qu'il compte vraiment pour toi.

Il ne fallut pas longtemps au vétérinaire pour comprendre que la chatte était très mal en point. Il t'expliqua qu'ils allaient la soigner et la nourrir par intraveineuse, puisqu'elle n'avait pas assez de forces pour le faire par voie orale. Si du moment même où ils la mettraient sous traitement au lendemain elle n'allait pas mieux, ils allaient devoir la sacrifier mais qu'il était encore tôt pour spéculer. Il voulait lui faire quelques preuves avant d'en tirer une conclusion. Pour cela, tu allais devoir revenir après. Tu as confié les chatons à la clinique, puisqu'ils ne pouvaient pas s’éloigner de la mère et qu'ils étaient aussi assez affaiblis. Ensuite, tu  as quitté les lieux, oubliant pratiquement ce que tu devais faire, à la base : manger. Oh, mais, ton estomac s'est occupé de te le rappeler !

À présent, tu étais inquiet et, même si on n'aurait peut-être pas descellé l’émotion sur ton visage, tes yeux s'en étaient chargés : tes iris prirent une teinte bleue électrique. Prenant une profonde inspiration, tu t'es arrêté devant la pâtisserie. Distraitement tu as regardé la vitrine alors que ton ventre criait famine. Tu étais le genre de personne qui mangeait n'importe quoi et à n'importe quelle heure puisque tu ne grossissais pas. Tu avais un métabolisme très accéléré et, malgré tout ce que tu pouvais manger, ton poids demeurait le même.

Mais c'est pas vrai ! entendis-tu dans ta langue d'origine.
Qu'était-ce ? Et bien...
Au moment même où tu as voulu entrer dans le commerce, quelque chose te coupa le souffle : une chose venait de te bousculer. Ou, plutôt, tu venais de la bousculer. C'était une jeune femme aux cheveux blonds qui manqua de faire tomber un croissant aux amandes. Tu t'en foutais de la fille, mais pas de la bouffe : jeter de la nourriture c'était un crime, c'est pourquoi tu as eu le réflexe de bloquer la main de la fille, t'assurant qu'elle n'allait pas le faire tomber.

Hey~ Fais attention avec ton croissant. lançais-tu en italien, lâchant tout aussi vite ton interlocutrice : tu venais de toucher un individu de sexe féminin à mains nues.

Pas un pardon, pas un désolé... Pas un seul mot d'excuse... Rien, puisque tu n'en avais pas l'habitude. Tu avais des frissons, tu t'es mis à te gratter la main indiscrètement, là où tu commençais à avoir quelques points rouges. L'air aussi « naturel » que d'habitude, tu as contourné la fille, manquant de te bouffer le bord du parapluie. Un léger sourire étira tes lèvres : tu ne te moquais pas d'elle, tu ne l'ignorais pas non plus mais... entre dire quelque chose à une inconnue et soulager ta faim, ce dernier point était une priorité.


HRP:
 

_________________

Ma présentation | Mon carnet  de bord | Mes liens | mon thème
Mon boulot | Ma voix | Ma couleur: mediumorchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t276-qui-es-tu-pour-juger-deux-coeurs-que-l-amour-a-faits-l-un-pour-l-autre-en-cours http://darkness-rebirth.forumactif.org/
FIRST QUARTER



☾ RÉINCARNATION : Catherine de Médicis - 13/04/1519 - 5/01/1589
☾ OCCUPATION : Lycéenne et étudiante en Chimie
☽ AVATAR : Elle Fanning
☽ CRÉDITS : Bazart et tumblr
☽ MESSAGES : 130
☽ INCARNATION : 03/09/2014
☽ ÉTOILES : 260
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Dim 28 Sep - 14:44

Au moment où Leanna allait lâcher le croissant qui aurait chu sur le sol, le jeune homme eu le réflexe de bloquer sa main, s'assurant ainsi qu'elle n'allait pas le faire tomber.
«Hey - Fais attention à ton croissant.»  lança-t-il en italien. Au même moment il retirait sa main comme si il venait de toucher une pestiférée. Leanna, surprise par cette réaction ne pu s'empêcher de le dévisager. Dévisagé les gens, un peu une seconde nature chez elle. Mais ce qui la perturbait le plus n'était pas le fait qu'il l'ai comprise mais plus qu'il réagisse comme si il ne la supportait pas. Ne pas supporter son contact était quelque chose qu'elle ne concevait tout simplement pas. Pour couronner le tout il ne s'excusa même pas. Non au lieu de ça, il se mit à se gratter la main, là juste devant elle. Il commençait à avoir.. de l'..urticaire ! Elle resta interdite. Il avait de l'urticaire juste parce qu'ils s'étaient touchés la main. Elle le regarda faire le tour pour rentrer dans la boulangerie l'air tout à fait « naturel » manquant de se manger son parapluie. Et il souriait cet imbécile ! Il était en tord et il souriait en plus. Comment pouvait-il la traiter de la sorte. Quand bien même il ne moquait pas d'elle, il osait la passé au second plan face à .. à .. des pâtisseries. « Des pâtisseries » prononçait-elle tout bas. « Il préfère des pâtisseries ». Elle ne pouvait le tolérer. On ne relègue pas ainsi Leanna Fiora Farnese et elle était décidée à le lui faire savoir. Rangeant son parapluie, elle fit volte face et entra de nouveau dans la boulangerie. Croquant à pleine dent dans le croissant elle regarda le jeune homme. Il se tenait de dos devant les pâtisseries. Elle mit son croissant dans son sac, respira un bon coup et lui tapa sur l'épaule pour qu'il se retourne. N'attendant même pas qu'il bouge d'un centimètre elle finit par exploser devant les yeux de la boulangère.
« Et vous ? Oui vous qui ne daignez même pas vous retournez quand on vous parle ! Oui vous qui bousculez les gens parce que vous ne regardez pas où vous mettez les pieds. On ne vous a jamais apprit à vous excusez ? » En faite c'était surtout elle qui était en tord dans l'histoire. Oui c'était évident. C'était elle qui était sortit sans faire attention. Mais elle, s'était Leanna Fiora Farnese alors même en tord, même totalement en faute c'était toujours un peu, beaucoup, complètement de la faute de l'autre. Et puis là, il faut dire que sa réaction la traumatisait légèrement. Alors elle reprit de plus belle.
« Et puis c'est quoi ça ? Monsieur ne supporte pas mon contacte ?» Elle avait volontairement insister sur le « Monsieur » marquant son choc psychologique indéniable. « Monsieur préfère les pâtisseries ? Nan mais vous vous prenez pour qui ? Moi ! Moi ! Moi ! Je vous donne de l'urticaire ? Mais je rêve. Je rêve hein ? C'est pas possible une telle chose ! » Et elle braillait dans la boulangerie. Elle faisait un tel scandale que les gens ne pouvaient que s'arrêter devant le magasin et contempler la scène en silence. Oui en silence parce que ce n'était plus une mignonne lycéenne qui se tenait à l'intérieure mais une véritable furibonde qui accompagnait ses paroles de grands gestes en tout sens. Elle faisait un peu peur.

_________________
J'obtiens toujours ce que je veux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t250-leanna-fiora-farnese-toutes-les-roses-ont-des-epines



☾ RÉINCARNATION : Jean-Baptiste Lully - 28 Novembre 1632 à 22 Mars 1687
☾ OCCUPATION : Fleuriste, artiste indépendant & Etudiant en Beaux arts
☽ AVATAR : Alex Pettyfer
☽ CRÉDITS : moi-même, et toc !
☽ MESSAGES : 95
☽ INCARNATION : 19/09/2014
☽ ÉTOILES : 205
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Dim 28 Sep - 21:08

Lorsque tu es entré dans la boutique, tu n'as pas reconnu la vendeuse : c'était une nouvelle et ça te gênait un peu puisqu'elle ne devait pas savoir comment te servir ou ce que tu voulais. Tu as juste fait un léger signe de main pour la saluer avant de designer plusieurs gâteaux, sans même regarder à quoi ils étaient. La jeune femme ne comprit pas ce que tu voulais et se disait que c'était un peu trop pour quelqu'un de ton gabarit. Surtout si tu allais le prendre sur place.

Je veux aussi un thé, un chocolat chaud et une bouteille d'eau, s'il vous plaît. ajoutais-tu sans prêter vraiment attention à ce qui t'entourait.

Alors que tu attendais à ce que la vendeuse daigne de se bouger pour te servir ce que tu avais demandé, quelqu'un tapota ton épaule. Tu n'as pas eu le temps de dire quoi que ce soit, ni même de te tourner avant qu'on commence à t'engueuler.... Tu n'aurais jamais imaginé que la douce lycéenne qui t'avait bousculé allait se changer en furie et te sauter à la gorge.

Et vous ? Oui vous qui ne daignez même pas vous retourner quand on vous parle ! Oui vous qui bousculez les gens parce que vous ne regardez pas où vous mettez les pieds. On ne vous a jamais apprit à vous excuser ? te grogna-t-elle, parlant un peu trop vite à ton goût. Et puis c'est quoi ça ? Monsieur ne supporte pas mon contacte ?

Oui, pour toi, elle ne parlait pas, elle grognait et beuglait en faisait des signes de toutes sortes. Un peu pâlot, tu as regardé ton épaule avant de fixer la blonde en silence. Nan, malheureusement, tu n'étais pas sourd... peut être qu'elle ne l'avait pas compris, si ? Puis, d'abord, c'est elle qui ne regardait pas où elle allait. D'où elle se permet de t'engueuler comme ça ?Après, ce n'est pas ta faute, si tu es allergique aux femmes. Finalement, tu es bien heureux d'être homosexuel et gynéphobe... Le karma t'a épargné de tomber avec une frappadingue comme elle.

Monsieur préfère les pâtisseries ? Nan mais vous vous prenez pour qui ? Moi ! Moi ! Moi ! Je vous donne de l'urticaire ? Mais je rêve. Je rêve hein ? C'est pas possible une telle chose ! termina-t-elle, te faisant tiquer.

La vendeuse s'était crispée derrière le comptoir en vous observant. Elle vous regardait du coin de l’œil et a ouvert grand les yeux quand tu as tendu discrètement ta main pour saisir ce qui restait du croissant de la blonde avant de le lui fourrer dans la bouche, espérant qu'elle allait se taire ainsi. La seconde d'après, tu as eu un geste de recul très exagéré et tu as commencé à te gratter le bras aussi : Gosh, elle t'a touché... ELLE T'A TOUCHE, Angie ! Tu as manqué de faire tomber les gâteaux et les confiseries qui se trouvaient sur le comptoir avec ton sac et, en te décalant, tu as bousculé le patron. Ce pauvre quinquagénaire était sorti de la cuisine pour voir ce qui se passait.

Bonjour... Tiens, Angie ! Un problème ? te demanda-t-il avant de tapoter ton dos.

Une dingue m'a sauté dessus en me réclamant des excuses alors qu'elle vient de me bousculer. Elle se permet de me faire la moral et m'a donné de l'urticaire ! Regardez comment j'ai le bras, M. Burnley ! répondis-tu en parlant aussi calmement que possible.

Tu avais tout de mêmes l'air choqué, ou plutôt surpris : tu ne comprenais pas la réaction de la gonzesse. De ce fait et afin d'appuyer tes dires, tu as retroussé ta manche afin de montrer les grosses plaques rouges qui s'étaient rependues sur ton bras.

Mais j'y crois pas ! Une autre gonzesse m'a agressé ce matin quand j'allais à Londres. Elles ont toutes leurs règles ou quoi ? ajoutais-tu en te grattant l'avant bras. Tu as fixé la fille qui venait de te crier dessus puis la vendeuse. Et la nouvelle n'a pas voulu me servir ce que je lui avais demandé...

Pardon ? M. Burnley, ce garçon a demandé bien trop de choses à consommer sur place, je pensais qu'il se moquait de moi. Il ne va pas tout manger, si ? se justifia la vendeuse en prenant un petit air outragé.

Le propriétaire se faufila derrière le comptoir en soupirant avant de sortir un gâteau de chaque et le poser sur le comptoir. Tandis qu'il préparait ce que tu avais l'habitude de commander en plus, il leva les yeux et observa la lycéenne.

Veuillez nous excuser, mademoiselle. N'en voulez pas Angelo, il souffre ce qu'on appelle « gynéphobie ». Être touché ou toucher une femme à mains nues lui provoque des violentes réactions allergiques. lança le pâtissier avant de se redresser, faisant craquer son dos -involontairement-. Quant à vous, Mme. Williams, je vous prierais de ne jamais douter de la parole du client quand on vous fait un achat. Ce garçon est celui dont je vous avais parlé, le fleuriste. C'est un de nos meilleurs clients.

Bleh. Il est arrivé quoi à Jordan ? Il ne travaille plus ici ? lançais-tu, changeant complètement de sujet.

Cette fois oui, tu ignorais la blonde mais ce n'était pas vraiment volontaire puisque le proprio venait de te servir. La bouffe passait avant tout et, de ce fait, tu as prit un éclair au café et tu as croqué, en mangeant la moitié d'une seule bouchée~. Tu crevais la dalle !

_________________

Ma présentation | Mon carnet  de bord | Mes liens | mon thème
Mon boulot | Ma voix | Ma couleur: mediumorchid


Dernière édition par Angelo G. Della Marra le Mar 7 Oct - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t276-qui-es-tu-pour-juger-deux-coeurs-que-l-amour-a-faits-l-un-pour-l-autre-en-cours http://darkness-rebirth.forumactif.org/
FIRST QUARTER



☾ RÉINCARNATION : Catherine de Médicis - 13/04/1519 - 5/01/1589
☾ OCCUPATION : Lycéenne et étudiante en Chimie
☽ AVATAR : Elle Fanning
☽ CRÉDITS : Bazart et tumblr
☽ MESSAGES : 130
☽ INCARNATION : 03/09/2014
☽ ÉTOILES : 260
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Lun 29 Sep - 12:15

Elle venait de finir son long monologue et le silence revint. L'abrutit devant elle ne bougea pas. Du moins c'est ce qu'elle a cru. L'instant d'après elle se retrouvait avec le reste de son croissant dans la bouche comme une andouille. Alors elle comprit pourquoi la vendeuse avait fait des yeux de merlans frits. Le muet avait discrètement tendu la main pour saisir son reste de croissant et lui fourrer dans la bouche. Il espérait surement ainsi qu'elle allait ENFIN se taire. Ce fut bien le cas. Leanna trop estomaquée par son geste ne rechigna pas et mangea son croissant. Et puis il recula violemment en arrière une fois de plus. Cette fois-ci Leanna ne fut pas agacée en faite elle ne savait plus quoi pensée. Passe une fois mais deux ! Son cerveau ne comprenait pas surtout que ce crétin ne s'expliquait pas. Non au lieu de sa il se contentait de reculer et de ne rien dire. Un muet tout simplement. C'était la seule explication qu'elle se donnait. Alors elle ne pu s'empêcher de tomber à moitié à la renverse lorsqu'il se mit à parler.
Un quinquagénaire était sorti de l'arrière boutique pour lui demander s'il avait un problème. Manifestement ils se connaissaient. Ce n'était guère étonnant dans la petite ville qu'était Tewksbery. Angie, alors comme ça cet abruti muet mais qui ne l'était pas s'appelait Angie. Drôle de nom pour un homme mais ça avait quelque chose de mignon. Leanna le regarda, puis le patron, puis la vendeuse et revint sur le blondinet. A mieux y regarder il était plutôt pas en faite. Certes il l'avait agacée mais bon elle était prête à lui pardonner. Mais ce n'était pas si sûr. Le blondinet répondit au patron aussi calmement que possible :
« Une dingue m'a sauté dessus en me réclamant des excuses alors qu'elle vient de me bousculer. Elle se permet de me faire la morale et m'a donné de l'urticaire ! Regardez comment j'ai le bras, M. Burnley ! » . À non alors, elle n'allait pas lui pardonner tout compte fait. Il osait la qualifier de dingue. Elle n'était pas dingue, peut-être légèrement susceptible, colérique tout au plus mais pas dingue. Elle avait le sang chaud des latino voilà tout. Et puis il n'était pas mieux qu'elle. Voilà qu'il s'en prenait aussi à une autre fille qu'il avait croisé ce matin à la vendeuse qui apparemment refusait de le servir. Il n'était pas banal c'était le moins qu'elle pouvait se dire. Il ne supportait pas les filles et il mangeait beaucoup plus qu'il ne pouvait engloutir c'était évident. Mais le patron ne sembla pas perturber. La vendeuse beaucoup plus puisqu'elle tenta de justifier son comportement avec un petit air outragé. Le patron finit par se glisser derrière le comptoir, prépara la commande habituel du dénommé Angie et finit par lever les yeux sur Leanna.
« Veuillez nous excuser, mademoiselle. N'en voulez pas Angelo, il souffre ce qu'on appelle «gynéphobie ».» Le mot la fit tiquer. Alors c'était ça. Ce beau blondinet était gynéphobe. Elle en resta muette puis se mit à rire en silence. Décidément elle n'avait pas de chance aujourd'hui. Non seulement il pleuvait mais voilà que le canon qui se trouvait devant elle était allergique aux femmes. Elle ne préta même pas attention au reste de l'explication du patron. Elle les entendaient bien sûr : « Être touché ou toucher une femme à mains nues lui provoque des violentes réactions allergiques », mais cela ressortait aussi vite.
Puis Angelo changea complètement de sujet. Il allait aux nouvelles, se demandant où était passé un certain Jordan. Le quinquagénaire le servit et il commença à engloutir un éclair au café. Leanna resta en retrait. La révélation du patron l'avait sonné. Elle n'en revenait pas qu'un jeune homme aussi mignon puisse être gynéphobe. Quelle cruauté ! Un instant elle avait bien pensé utilisé ses charmes, elle en avaient alors bon pourquoi ne pas les utilisés. Mais voilà ton son plan tombait à l'eau. Comment s'excuser ? «Hein s'excuser, non mais ça va pas ma petite ? Tu ne t'excuse jamais normalement ! » Oh la décidément rien n'allait plus aujourd'hui. Oui il y avait quelque chose d'étrange. Leanna était gênée de l'avoir gêné. Ne trouvant pas, ou ne voulant pas s'excuser réellement, elle finit par sortir son porte-monnaie de son sac. Elle en extirpa quelques pièces et faisant un grand sourire au patron elle lui demanda
« Excusez-moi ? Cela fera combien ? ». Elle s'était enfin radoucie. La tempête était passée. Elle regarda la vendeuse et inclina légèrement la tête en avant pour se faire pardonner l'esclandre. «Je m'appelle Leanna Farnese. Je lui paye tout. » finit-elle par lâcher d'une voix amicale.

_________________
J'obtiens toujours ce que je veux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t250-leanna-fiora-farnese-toutes-les-roses-ont-des-epines



☾ RÉINCARNATION : Jean-Baptiste Lully - 28 Novembre 1632 à 22 Mars 1687
☾ OCCUPATION : Fleuriste, artiste indépendant & Etudiant en Beaux arts
☽ AVATAR : Alex Pettyfer
☽ CRÉDITS : moi-même, et toc !
☽ MESSAGES : 95
☽ INCARNATION : 19/09/2014
☽ ÉTOILES : 205
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Lun 29 Sep - 22:15

Tu savais parfaitement où était Jordan, en vrai ou, du moins, tu pensais le savoir. C'est à cause de toi qu'il est parti et tu voulais savoir ce qu'il avait raconté à son patron. Tu te moquais de ce qu'on pouvait bien penser de toi, en temps normal, mais tu ne tenais pas à ce que ton pâtissier préféré te voit comme son employé te voyait : un sale gosse fourbe, ingrat, capricieux, malpoli et égoïste.

Cet homme était ton dernier « copain ». Il était bien plus âgé que toi et cherchait une relation sérieuse. Il a tenté maintes fois de te faire concrétiser votre couple, il t'avait même invité à vivre chez lui, il voulait t'offrir beaucoup de choses et était bien trop attentif. Il était envahissant, il t'étouffait et tu n'as pas mâché les mots pour le lui faire comprendre. De plus, tu avais ajouté le fait que tu ne voulais pas t'engager et qu'il te demandait trop d'efforts : s'il voulait te changer, c'est qu'il ne t'aimait pas. Il n'a pas apprécié, il l'a très mal pris, même. Il t'avait vu traîner avec d'autres gars après votre rupture, c'est pourquoi il a décidé de quitter le boulot et d'aller vivre dans un autre bled. Tu ne savais même pas que tu étais en couple avec lui. Vous n'étiez sensés vous voir que de temps à autres... D'où il se permettait de te monopoliser et de te faire la morale ? Il avait accepté de te côtoyer en toute connaissance des causes, pourtant.

Tu as plissé les yeux en voyant que le propriétaire ne te répondait pas. Évidemment... Il ne voulait pas te faire de la peine. De toutes façons, il savait comment tu étais : tu étais pratiquement de la famille, une sorte de petit fils adoptif qui le faisait bien rire. Il n'avait besoin de personne pour avoir un aperçu de tes bons côtés ou tes défauts. Soudainement, alors que tu avais gobé le reste de ton éclair café et que tu venais d’entamer une religieuse à la menthe, quelque chose attira ton attention : un mouvement sur ta gauche et le écho métallique de quelques pièces.

...-era combien ? entendis-tu. La furie venait de parler plus calmement, elle avait l'air presque douce. Tu l'as regardé du coin de l’œil avant tourner légèrement la tête pour voir ce qu'elle pouvait bien faire : elle avait son porte-monnaie entre les mains et là, ce fut le drame... Je m'appelle Leanna Farnese. Je lui paye tout. termina-t-elle d'une voix plutôt amicale.

Sa dernière phrase te coupa le souffle et te fit avaler de travers. Tu te mis à tousser comme un damné, finissant par t'affaler à moitié sur le comptoir, tentant difficilement de faire passer ce que tu avais englouti. Le propriétaire posa un verre d'eau avant toi et tu n'as pas tardé à le saisir pour en boire une bonne gorgée, tapotant ton torse du poing. Ton visage et tes oreilles avaient rougi à force de tousser mais, peu à peu, tu as réussi à te calmer. Bordel. Quelqu'un qui tentait de te payer la bouffe ne pouvait avoir rien de bon en tête, selon toi. Tes yeux ont prit une teinte jonglant entre l'ambre et le vert, c'était une couleur assez particulière, presque mielleuse : c'était un signe de curiosité mais, aussi, de méfiance.

Wow, wow wow. Pas si vite.Je peux payer ma bouffe tout seul... D'ailleurs, je viens à peine de commencer. Ce n'est que le premier tour et --... répondis-tu en toussant encore un peu.

Tu t'es éclairci la voix, optant pour ne rien ajouter de plus : tu n'avais pas besoin de lui dire que tu avais encore du temps avant de retourner au véto', donc que tu comptais bouffer encore plus d'habitude. Tu as essuyé ta bouche d'un revers de main -plutôt discret, en plus- avant de prendre tes douceurs et d'aller les poser -en plusieurs fois-, sur une table.

Je n'accepte pas l'argent des autres, encore moins celui d'un inconnu, merci. continuais-tu en esquissant un semblant de sourire, puisque tu avais la bouche pleine et tu ne tenais pas à lui montrer la pâtée.

Ensuite, tu t'es assit à table, attendant à ce que M. Burnley t'apporte le reste de la commande. De ce fait, le vieil homme s'est mis à préparer tes boissons avant de s'appuyer sur le comptoir, te regardant très sérieusement.

Tu as l'air bizarre, aujourd'hui, Angelo. Je doute fortement que ce soit parce que tu as encore oublié ton parapluie quelque part alors... Qu'y a t-il, mon grand ? te demanda-t-il.

Il savait que tu n'aimais pas trop parler de tes problèmes devant les gens, encore moins s'il y avait des inconnus dans les parages. Tu étais le genre de personne qui encaissait tout et qui finissait par péter les câbles sans jamais donner une raison concrète. Tu aurais aimé ignorer sa question, mais il risquait de mal le prendre. Tu as gardé la tête haute et tu as avalé ce que tu avais dans la bouche avant de donner une réponse approximative :

Une affaire de minette. J'en ai trouvé une au bord de la route et je l'ai prise avec moi. Elle venait avec un plus et était plutôt mal en point, c'est tout. Ça me fait juste chier que les gens l'aient laissée traîner comme ça. La pauvre était tellement maigre qu'elle ne pouvait rien manger, elle n'avait à peine de forces pour bouger, j'ai dû la porter et l'amener chez le Dr. McField. Il m'a dit de repasser après pour récupérer le bilan. expliquais-tu, serrant brusquement une religieuse au chocolat dans ta main.

Ta façon de parler de la chatte et de ses bébés était ambiguë, puisqu'on aurait facilement pu croire que tu causais d'une femme, peut-être enceinte ou malade. Tu te foutais pas mal des humains, et tu ne manquais pas de le montrer, le plus souvent. Cependant... La maltraitance animale était un thème sensible avec toi, ça te mettait en rogne.


HRP:
 

_________________

Ma présentation | Mon carnet  de bord | Mes liens | mon thème
Mon boulot | Ma voix | Ma couleur: mediumorchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t276-qui-es-tu-pour-juger-deux-coeurs-que-l-amour-a-faits-l-un-pour-l-autre-en-cours http://darkness-rebirth.forumactif.org/
FIRST QUARTER



☾ RÉINCARNATION : Catherine de Médicis - 13/04/1519 - 5/01/1589
☾ OCCUPATION : Lycéenne et étudiante en Chimie
☽ AVATAR : Elle Fanning
☽ CRÉDITS : Bazart et tumblr
☽ MESSAGES : 130
☽ INCARNATION : 03/09/2014
☽ ÉTOILES : 260
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Mer 1 Oct - 11:36

Le patron ne répondit pas à la qustion d'Angelo. Leanna les regarda tour à tour attendant qu'on lui donne le prix. « Bon dieu qu'ils sont lents ! Il y en a qui sont morts comme ça à attendre ! » Non pas qu'elle était pressée de rentrer chez elle mais bon quand même. Et puis soudain, Angelo s'étouffa à moitié. La dernière phrase de Leanna l'avait ramené un peu violemment à la réalité présente. Le propriétaire lui donna un verre d'eau qu'il saisit fébrilement. Décidément il n'était vraiment pas banal pour s'étouffer à cause de ça. Il se retourna vers elle avec des yeux d'une couleur étrange un peu mielleuse et lui répondit : « Wow, wow, wow. Pas si vite. Je peux payer ma bouffe tout seul... D'ailleurs je viens à peine de commencer. Ce n'est que le premier tour et -... ». Il se remit à tousser. Manifestement sa nourriture avait du mal à passer. La situation fit rire jaune Leanna. Elle n'avait jamais vu ça. Refuser qu'on paye sa nourriture. Non mais qu'est-ce qu'il s'imaginait. C'était juste une proposition, une façon de s'excuser. Mais non au lieu d'accepter normalement, Monsieur s'offusquait. Franchement il tournait pas rond dans sa tête. N'importe qui aurait accepter à sa place. Surtout quand c'est une sublime créature comme elle qui le propose. « Il n'est pas humain » pensa-t-elle. Leanna tapa dans sa main comme si c'était une évidence. Puis Angelo a prit ses pâtisseries et alla les poser sur une table. Et repris : «Je n'accepte pas l'argent des autres, encore moins celui d'un inconnu, merci ». Il finit sa phrase par un petit sourire pincer obligatoire à cause de sa bouche pleine. «Wahhhhhhh ! Il avait dit merci. Oh mon dieu ! » Leanna resta là comme une andouille la bouche à moitié ouverte, gobant d'éventuelles mouches de passage. Elle ne le vit pas s'assoir à la table et entendit à peine la question du patron. Elle se rendit compte au bout d'un petit moment de son attitude crétine et regarda la vendeuse. Elle s'y approcha discrètement et lui murmura : « Dites vous pouvez me faire une note s'il vous plait ? Je payerai ce qu'il a prit demain hihi ». Elle lui fit des yeux de chien battu et un petit sourire malicieux ? Non pas vraiment plus diabolique. Ce sourire que pourrait avoir sur leur visage les lutins de Cornouailles. Et puis son attention revint au blond assit à sa table. Il était en train de déballer toute une histoire à propos de chat ; enfin c'est ce qu'elle avait compris ; de vétérinaire, d'un docteur McField et de je ne sais quoi. Leanna le dévisagea lorsqu'il écrasa une religieuse au chocolat. « Nan mais vous êtes malade ! » Voulu-t-elle crier. Écrabouillé une religieuse, au chocolat qui plus est. « Enfer et damnation, sacrilège, haute trahison en vers la pâtisserie » pensa-t-elle. Mais alors qu'elle allait encore faire un carnage vocal, les yeux au couleurs de miel qu'il avait eu plutôt traversèrent son esprit. Ni une ni deux, Leanna se retrouvait assise à sa table. Elle posa ses coudes dessus et croisa les mains. Elle mit son menton sur ses dernières et pencha légèrement sa tête sur le côté. Ses yeux bleus fixèrent Angelo et un petit sourire niais de fan devant leur idole se dessina sur son visage d'ange.


HRP:
 

_________________
J'obtiens toujours ce que je veux



Dernière édition par Leanna Fiora Farnese le Dim 5 Oct - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t250-leanna-fiora-farnese-toutes-les-roses-ont-des-epines



☾ RÉINCARNATION : Jean-Baptiste Lully - 28 Novembre 1632 à 22 Mars 1687
☾ OCCUPATION : Fleuriste, artiste indépendant & Etudiant en Beaux arts
☽ AVATAR : Alex Pettyfer
☽ CRÉDITS : moi-même, et toc !
☽ MESSAGES : 95
☽ INCARNATION : 19/09/2014
☽ ÉTOILES : 205
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Dim 5 Oct - 15:04

Au début, la blonde avait bien rit mais, juste avant que tu ailles t'installer plus confortablement, elle est restée la bouche bée, plantée sur place. Et ce fut le cas pendant quelques instants. De temps à autres, ton regard rivait vers elle, alors que tu te demandais si elle n'avait pas un pet aux casques -dixit M. Étrange -. Cependant, alors que tu étais en train de manger ce qui restait de la religieuse au chocolat que tu avais écrasé, la lycéenne vint s'installer à ta table, juste en face de toi. Elle s'accouda et joignit ses mains avant de poser son menton dessus, penchant légèrement la tête vers le côté : elle te fixait avec ses grands yeux bleus, un sourire niais aux lèvres.

Wow... elle me veux quoi, celle-là ? pensais-tu en soutenant son regard.

Tranquillement, tu léchais la crème qui avait dégouliné sur ta main sans perdre la blonde de vue. Tu as légèrement plissé les yeux. Et si elle voulait vraiment te faire « quelque chose » ? Maintenant, le fait que tu sois gynéphobe et que tu ais allergique aux femmes l'amusait ? Elle se foutait de ta gueule ? Nan, mais c'était tout à fait plausible. Non, elle t'observait et ça, ça te perturbait à un tel point que tes yeux ont prit une brillante couleur verte acide, tachetée d'ambre (puisque tu étais toujours un brin curieux).

« Méfie-toi, mon grand ! Et si elle veut te violer ? Et tu lui as tapé dans l’œil, hein ? » te souffla ton cerveau.

Ah, Robert...
Il partait en vacances, de temps à autres, il n'était jamais disponible quand tu en avais vraiment besoin mais, étrangement, il était là pour te dire des conneries. Soudainement, un bruit de sourd retentit dans ton esprit, suivi d'un couinement : Constance, ta conscience, venait de gifler Robert.

« Arrête un peu tes conneries, tu veux ? Ne l'écoute pas, Angie. Elle ne te veut rien, elle en a après tes yeux, sûrement. Tu vois qu'elle ne te quitte pas du regard depuis toute à l'heure ? » te rassura-t-elle, te faisant plisser les yeux.

Tu n'étais pas schizophrène, tu n'avais pas non plus des troubles de la personnalité, du moins, pas plus que celui que ta vie antérieure t'imposait, par moments. Non, toi, tu entends toujours des voix, tu n'es pas seul dans ta tête et ça ne semble pas te déranger plus que ça. Parfois -et seulement parfois, je précise-, ces...personnifications de ta psyché te donnaient des bons conseils. C'était rare, mais ça pouvait arriver, surtout de la part de Gwladys, ta raison.

Tu as baissé un instant le regard, histoire de chercher les serviettes en papier pour essuyer ta main : tu ressentais toujours le regard de la blonde. Après quelques secondes de silence, une fois que tu as pu entamer une nouvelle pâtisserie (une tarte aux pommes avec de la cannelle), tu relevé le regard et tu as opté pour lui poser la question -à ta façon- :

J'ai quelque chose sur le visage ou quoi ? Tu me perturbes à force de me zieuter comme ça... fis-tu en haussant un sourcil.

_________________

Ma présentation | Mon carnet  de bord | Mes liens | mon thème
Mon boulot | Ma voix | Ma couleur: mediumorchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t276-qui-es-tu-pour-juger-deux-coeurs-que-l-amour-a-faits-l-un-pour-l-autre-en-cours http://darkness-rebirth.forumactif.org/
FIRST QUARTER



☾ RÉINCARNATION : Catherine de Médicis - 13/04/1519 - 5/01/1589
☾ OCCUPATION : Lycéenne et étudiante en Chimie
☽ AVATAR : Elle Fanning
☽ CRÉDITS : Bazart et tumblr
☽ MESSAGES : 130
☽ INCARNATION : 03/09/2014
☽ ÉTOILES : 260
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Dim 5 Oct - 17:30

Au départ Leanna pensa que ça ne le dérangeait pas plus que ça. La preuve, il lécha tranquillement la crème qui avait dégouliné sur sa main. Toute fois, il ne la lâchait pas des yeux. Et cette attitude fit rougir l'adolescente. À un moment, il plissa légèrement les yeux. Leanna se demanda à quoi il pouvait bien pensé. Qu'est-ce que ses yeux renfermaient. Il semblait gêné. Oui c'était ça il était gêné. Et ça c'était ce qui l'amusait le plus, ou plutôt l'intriguait le plus. Et ses yeux prirent une brillante couleur verte acide, tachetée d'ambre.
« Trop beeauuuuuuu ! » s'exclama-t-elle. « Je les aime trop trop trop ! ». C'était vrai elle en était littéralement folle. Et le le jeune continuait de la regarder avec ses yeux là. Bien évidement il continuait aussi de se goinfrer de pâtisserait. Mais ça Leanna s'en fichait royalement. Ce qu'elle avait en face des yeux était magnifique. Elle était envouté. Elle n'avait encore jamais vu de tels yeux. À ce moment là même si elle avait voulu regarder ailleurs ça lui était tout simplement impossible. Quitter ça nan vraiment c'était au dessus de ses forces. C'était si étrange. Mais ne dit-on pas que l'étrange attire les regards.


Et puis il baissa les yeux pour récupérer des serviettes. Le court instant où elle n'eut plus ce spectacle devant fut un supplice. Il releva les yeux et entama une nouvelle pâtisserie, une tarte au pomme à la cannelle, cette fois. Il la regarda, elle plongea ses yeux bleus dans son regard et il finit par lâcher :
« J'ai quelque chose sur le visage ou quoi ? » ou rien avait-elle envie de répondre en lui coupant la parole. Il reprit : « Tu me perturbes à force de me zieuter comme ça...»

C'en était trop pour elle. Voilà qu'il lui demandait pourquoi elle le fixait comme ça. Et savoir que ça le perturbait. Humm le mot résonnait dans son esprit avec un goût exquis de satisfaction personnelle. Sans un mot, elle se leva doucement de sa chaise. Elle le regarda, fit un petit sourire et commença à s'approcher de lui par dessus la table.
« Oh mais tu n'as rien sur le visage. C'est juste que .. » elle le fixa et approcha son visage du sien. Elle était toute proche de lui, de ses lèvres. Sa bouche se trouva à quelque centimètres de ses lèvres. Elle se mordit les siennes. Et là, elle lui souffla légèrement au visage. Puis elle se recula et rigola de sa blague.

_________________
J'obtiens toujours ce que je veux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t250-leanna-fiora-farnese-toutes-les-roses-ont-des-epines



☾ RÉINCARNATION : Jean-Baptiste Lully - 28 Novembre 1632 à 22 Mars 1687
☾ OCCUPATION : Fleuriste, artiste indépendant & Etudiant en Beaux arts
☽ AVATAR : Alex Pettyfer
☽ CRÉDITS : moi-même, et toc !
☽ MESSAGES : 95
☽ INCARNATION : 19/09/2014
☽ ÉTOILES : 205
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Mer 8 Oct - 15:38

En effet, cette fille était dingue de tes yeux. C'était à la fois flattant et effrayant. Ce genre de réactions était l'une des raisons pour lesquelles tu n'aimerais jamais être célèbre et ce, malgré ton talent. Tu préférais être un artiste discret, ne jamais vendre ni promouvoir tes créations directement. Tu exposais ton art à Londres, certes, mais personne ne savait que ces magnifiques tableaux et sculptures étaient faites par un jeune homme d'une vingtaine d'années à tout péter. Idem pour tes compositions. Tu les avais mises sur Youtube -entre autres- et tu avais payé des droits d'auteur afin d'avoir un copyright de longue durée. Tu étais connu en tant que « Cheshire Cat », sur el web mais jamais au grand jamais tu n'avais montré ton visage sur le net.

L'Art n'était pas quelque chose qu'on pouvait vendre, selon toi, mais... disons qu'elle t'était profiteuse lorsque tu avais besoin d'arriver en fin de mois ou que tu avais besoin de calmer tes envies. Tu avais des principes et, même si tu vendais parfois certains de tes tableaux, tu méprisais ceux qui les achetaient puisqu'ils ne voyaient en elles qu'une toile pleine de sensations. Ils ne cherchaient jamais à comprendre comment tu les avais faites, pourquoi et dans quel état d'esprit. Ils s'en moquaient, ils n'aimaient que les belles choses, après tout. Tch. Des bourges.

Doucement, la blonde qui squattait ta table se leva et te regarda avec un petit sourire qui te donna la chair de poule. Elle s'approcha de plus en plus, se penchant sur la table avant de te répondre d'une façon peu rassurante que tu n'avais rien sur le visage. Ses mots t'importaient peu, tu paniquais à moitié, intérieurement. Le « C'est juste que... » qui acheva ses propos te fit pâlir, notamment lorsqu'elle rapprocha son visage du tien, manquant d'effleurer tes lèvres. Tu la vis se mordiller la lèvre avant de... te souffler dessus. Elle recula en riant de cette blague de mauvais goût. Ton pauvre petit cœur n'allait pas tenir longtemps si jamais tu devais croiser cette dingue encore. De ce fait, tu as sursauté, tentant de te lever d'un coup avant de sentir que tes jambes s'étaient raidies. Tu es tombé de ta chaise et tu as manqué de renverser tes boissons : en étais-tu conscient ? Nein, parce que tu as fait un malaise.

Ton cerveau a déconnecté à l'instant même où cette fille s'est approché de trop. Heureusement qu'il n'y avait pas beaucoup de clients et ceux qu'il y avait c'étaient principalement des vieux, des clients habitués qui te connaissaient. Une vieille dame ne put s’empêcher de rire dans son coin, même si son premier réflexe fut de se lever de la chaise et regarder par dessus votre table afin de s'assurer que tu ne t'étais pas blessé.

« Hmm... Finalement, Robert avait peut-être raison... Elle ne risque pas de te violer physiquement, mais psychologiquement. » souffla ta conscience d'un air presque compatissant.

Le propriétaire quitta le comptoir et s'approcha pour faire de mêmes puisque ta tête n'était pas passée loin du mur. Il tapota ton visage pour essayer de te réveiller mais c'était inutile. Il tendit une main et saisit une tartelette au citron meringuée et la passa sous ton nez pendant quelques instants jusqu'à ce que tu retrouves tes esprits et croques fougueusement la pâtisserie : tu avais besoin de sucre, c'était... ta médecine !

_________________

Ma présentation | Mon carnet  de bord | Mes liens | mon thème
Mon boulot | Ma voix | Ma couleur: mediumorchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t276-qui-es-tu-pour-juger-deux-coeurs-que-l-amour-a-faits-l-un-pour-l-autre-en-cours http://darkness-rebirth.forumactif.org/
FIRST QUARTER



☾ RÉINCARNATION : Catherine de Médicis - 13/04/1519 - 5/01/1589
☾ OCCUPATION : Lycéenne et étudiante en Chimie
☽ AVATAR : Elle Fanning
☽ CRÉDITS : Bazart et tumblr
☽ MESSAGES : 130
☽ INCARNATION : 03/09/2014
☽ ÉTOILES : 260
MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   Mer 8 Oct - 16:23

Elle venait de se rasseoir lorsqu'elle remarqua que le blondinet était blanc comme un lavabo. Elle le regarda essayer de se lever et.. non retomber comme un crétin. Et la phrase de Blanche traversa son esprit. « Si tu tombe c'est un échec ! ». Elle rigola dans un premier temps. Puis voyant qu'il ne se relevait pas elle bondit de sa chaise. Cet abruti était tout bêtement tombé dans les vapes. Elle soupira bruyamment. « Si on ne peut même pas faire de blague. Pff ! ».

Mais subitement, Leanna se sentit un brin stupide. Elle fit le tour de la table pour voir s'il se réveillait. Rien, il ne faisait rien. Un instant les gestes de secouriste qu'elle avait appris lui revit en mémoire. Elle était sur le point de le toucher pour faire quelque chose lorsqu'elle finit par se raviser. Une blague suffisait pour le moment. Elle lança un regard noir, hautain, limite agressif à la vieille qui riait dans son coin. Oui pour Leanna il n'y avait qu'elle qui était autoriser à rire de ce qui s'était passé. La jeune fille était légèrement taquine et beaucoup trop susceptible. Ce n'était plus le moment de rire. Angelo ne revenait pas à lui et ça commençait à l'inquiéter. Et puis le propriétaire fit le tour de son comptoir et vint voir le garçon. Elle l laissa passer, un peu désemparée par tout ça. Comment une blague pouvait-elle prendre autant d'ampleur. La présence d'une fille le gênait tant que ça ? Pire, au point de faire un malaise ! Leanna regarda silencieusement le patron essayer de le réveiller. Mais voyant que c'était inutile, il attrapa une tartelette qu'il pointa sous son nez.  Incroyable, l'odeur de la pâtisserie le réveilla. La Blonde ne put s'empêcher de sourire. Mais cette fois ce n'était pas un petit sourire moqueur. Elle souriait de soulagement. Elle avait vite cerner le type. S'il mangeait c'est qu'il allait bien. Toujours sans un mot elle retourna à sa chaise. Et puis voyant qu'il allait même plutôt pas mal ses nerfs craquèrent.

« N'en mais t'es pas bien ? Tu m'as fait peur andouille ! J'ai failli passer l'arme à gauche moi ! » C'était absolument faux mais bon en même temps c'était vrai qu'elle s'était un peu inquiétée. Une fois encore sa propre réaction la perturba. De puis quand elle s'inquiétait pour des inconnus ? « Rah passons. » pensa-t-elle en silence. Voulant se remettre de tout ça, elle acheta un beignet au chocolat. Elle fixa à nouveau le blondinet et commença à croquer à pleine dent dans son beignet.

_________________
J'obtiens toujours ce que je veux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t250-leanna-fiora-farnese-toutes-les-roses-ont-des-epines
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rencontre gourmande - Angelo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre gourmande - Angelo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» -Angelo-
» [TOPIC OFFICIEL] La GameGear : Lumineuse et gourmande!
» Ballet de balais {feat. Gabriel F. D'Angelo}
» [résolu]Angelo HUD v2.5
» La Vita sera gourmande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ WHERE IS YOUR IDENTITY ? :: 
tewkesbury
 :: East
-