Partagez | .
 

 ⊹ the night is dark and full of terrors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FIRST QUARTER



L' A L C H I M I S T E


☾ RÉINCARNATION : GILLES DE RAIS ( 1405 - 1440 )
☾ OCCUPATION : NOUVEAU DIRECTEUR DE L'ASILE, HÉRITÉ DE SON POPA.
☽ AVATAR : RICHARD MADDEN
☽ CRÉDITS : TEARSFLIGHT & TUMBLR
☽ MESSAGES : 113
☽ INCARNATION : 01/07/2014
☽ ÉTOILES : 124
MessageSujet: ⊹ the night is dark and full of terrors   Mar 1 Juil - 23:11

EZEKIEL ARCHDEACON
NOM DE FAMILLE ☾ L'ironie de la vie, l'ironie des choix, l'ironie du destin et puis il y a l'ironie de ce nom de famille. Archdeacon signifie en anglais archidiacre, c'est-à-dire un serviteur de Dieu. Ce sont des prêtres qui sont nominés par des évêques pour accomplir certaines tâches bien précises. Malgré ce nom de famille, Ezekiel et la religion sont bien deux choses très distinctes. Et puis après tout, Archdeacon est un nom très répandu en Angleterre, ne commençons pas à faire des associations, s'il vous plait.  PRÉNOM(S) ☾ Madame Archdeacon n'était pas croyante mais, en tant que professeur d'histoire, elle était passionnée par les mystères qui se trouvaient dans la bible. Et c'est en parcourant l'Ancien Testament qu'elle trouva le prénom parfait pour son fils : Ezekiel, celui que le Seigneur fortifie. ÂGE ☾ Cela fait maintenant vingt-neuf années que Ezekiel mange, boit, respire et vit. Ce n'est plus le petit garçon qui allait courir dans les bras de sa maman quand il voyait un papillon de nuit. Ce n'est plus l'adolescent violent qui s'est fait envoyer dans un pensionnat à Londres, par son père. Ce n'est plus le jeune homme qui avait tant de merveilleux rêves à accomplir. Non, à présent, c'est un homme qui a vingt-neuf ans, et qui sait qu'il ne peut plus se retourner vers le passé.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE ☾ Ezekiel a vu le jour le douze septembre 1985 à Tewkesbury en Angleterre . Et à cette période de l'année, le pays connaissait de nombreuses tempêtes et orages. Et c'est donc parmi les éclairs et les grondements du ciel, que le jeune homme ouvrit, pour la première fois, ses yeux sur le monde. NATIONALITÉ ET ORIGINES ☾ Ezekiel est né dans le petit hôpital de Tewkesbury, et a donc acquis une nationalité anglaise. Son père est lui aussi un anglais, venant de cette petite ville mystérieuse. Toutefois, il a des origines françaises grâce à sa mère. D'ailleurs, il allait souvent en Bretagne quand il était petit, pour voir les membres de sa famille du côté maternel. ORIENTATION SEXUELLE ☾ Dès que les hormones ont commencé à chatouiller le jeune Archdeacon, la séduction devint son passe-temps préféré. En grandissant, Ezekiel a gardé cette manie de séduire toutes les femmes qui étaient à son goût. Personne ne peut remettre en doute sa sexualité, il est hétérosexuelle. Certains, d'ailleurs, aiment le surnommer don Juan. STATUT CIVIL ☾ Ezekiel est célibataire, et compte bien le rester. C'est un garçon impulsif et frivole, qui change d'avis - ou de lit - comme de chemise. Et, c'est pourquoi, il ne peut décidément pas se poser, et être en couple avec quelqu'un. Toutefois, il a déjà été avec une femme, une seule fois, il y a bien longtemps.  OCCUPATION ☾ Quand Ezekiel est parti vers Londres lors de sa dernière année de lycée, il n'avait aucun projet d'avenir. Et lorsqu'il quitta le lycée, cela ne changea pas vraiment. Il commença une première année de licence d'Histoire, mais il cessa rapidement d'aller en cours. Son père lui coupa les vivres pour tenter de lui mettre un peu de pression et le pousser à travailler. Mais, Ezekiel est le genre d'homme qui sait très bien se débrouiller. Il réussit à trouver des petits boulots, à se mêler à des business quelque peu illégaux, et il put ainsi vivre décemment dans la capitale. Toutefois, il perdit le contrôle encore une fois, et dût se résoudre à quitter Londres pendant quelques temps. Il décida de retourner vers son père, mettant sa fierté de côté. Son père, fatigué et malade, supplia son fils de reprendre l'asile. Ezekiel devint alors directeur de l'asile de Tewkesbury, depuis peu, prenant son paternel par pitié, jusqu'à que celui-ci reprenne des forces. CROYANCES RELIGIEUSES ☾ Ezekiel est athée. Il ne croit en rien, ni en personne, hormis lui-même. Car, la seule chose dont il est certain, c'est que dans la vie, on ne peut compter que sur sois-même. OPINION POLITIQUE ☾ Malgré ses problèmes avec la justice, Ezekiel est très intéressé par la politique. Il soutient même les  démocrates libéraux, étant en accord avec leurs idéaux. CASIER JUDICIAIRE ☾ Le casier judiciaire du jeune homme est très loin d'être vierge, comme lui d'ailleurs. Il est accusé de vol, coups et blessures, excès de vitesse, ainsi que trafic de drogue . Mais, étant rusé, Ezekiel a toujours su éviter la prison. GROUPE ☾ C'est au lycée, quand il commença à sortir avec une jeune fille, qu'Ezekiel eut son première rêve. Il fût ensuite envoyé à Londres. Mais, depuis qu'il est revenu à Tewkesbury, il est devenu un First Quarter, il est passé au stade supérieur. Il ne peut décidément plus nier qu'il a un problème.
TEMPS MODERNES
impulsif ☾ persévérant ☾ têtu ☾ colérique ☾ intelligent ☾ séducteur ☾ rancunier ☾ jaloux ☾ sociable ☾ passionné ☾ impatient ☾ bagarreur ☾ dévoué ☾ susceptible ☾ prévenant ☾ naïf
Lors de sa dernière année de lycée, il a commencé à sortir avec une fille plus jeune que lui. Tout le monde était surpris que le grand don Juan de Tewkesbury puisse être le garçon d'une seule. Mais, ils étaient également surpris par le choix de sa partenaire. Lui ? Il s'en foutait royalement, tout ce qui comptait pour lui, c'était d'être avec elle. Quand il a commencé à faire ses premiers rêves, Ezekiel est devenu subitement plus impulsif et colérique. Et un jour, un de ses camarades de classe a commencé à dire des horreurs sur sa petite-amie. Ezekiel est tombé dans une colère noire, et a failli tuer le jeune homme, seulement avec ses poings et sa rage. Son père l'a alors envoyé dans un pensionnat strict à Londres, pour le remettre sur le droit chemin.   A la suite de cet accident, il perdit contact avec sa petite-amie, ainsi qu'avec de nombreux amis. Quand il entra au lycée, sa mère quitta ce monde, son monde, à cause d'un cancer. Depuis la mort de sa mère, Ezekiel entretient une relation très tendue avec son père. En effet, madame Archdeacon était comme le pilier de la famille, et quand celle-ci connut le trépas, elle emmena la paix et l'harmonie de la famille avec elle. Tout comme sa mère, il est passionné d'Histoire. Seulement par manque d'ambition, il n'a pas continué ses études dans cette voie. Quand il fût envoyé à Londres pour sa dernière année de lycée, Ezekiel se jura de ne jamais remettre les pieds à Tewkesbury. Une autre promesse qu'Ezekiel décida de ne pas tenir. Ezekiel souffre depuis tout petit d'une personnalité épileptoide. C'est-à-dire qui lui arrive souvent d'être instable, et de sombrer dans une colère et dans une violence incontrôlable. Cela peut arriver n'importe quand, pour une raison ou non. Sa maladie s'est aggravée quand il a commencé à entrer dans la première phase de la réminiscence. Et cela ne va pas en s'arrangeant, malgré les nombreux médicaments qu'il utilise.   Ezekiel est de plus en plus effrayé de s'endormir. Car, il voit des horreurs que lui-même n'aurait jamais imaginé. Il a accepté de devenir le directeur de l'asile pour faire enfin la paix avec son père,  qui est très malade. Mais, il a également accepté cette tâche car, il ne peut plus retourner à Londres et que cet endroit sordide est devenu comme son havre de paix, loin du monde. Il a quitté Londres car, à cause de son trafic de drogue fructueux, il s'était attiré de nombreux ennemis.
TEMPS PASSÉS
observateur ☾ manipulateur ☾ audacieux ☾ mégalomane ☾ méfiant ☾ impulsif ☾ protecteur ☾ loyal ☾ charismatique ☾ cruel ☾ cultivé ☾ possessif ☾ colérique ☾ vif ☾ cynique
Il participa à la guerre de Cent ans. Il a été pris en otage par un capitaine de l'armée anglaise. Cet homme, doté d'un sadisme répugnant, tortura et viola Gilles à de nombreuses reprises, jusqu'à qu'il soit sauvé par Jeanne d'Arc. Il avait un frère cadet qui s’appelait René de Montmorency-Laval. Il aimait son frère de tout son cœur. Quand il rencontra pour la première fois Jeanne d'Arc, il tomba en admiration devant la jeune femme. Il voulut devenir son ami et son protecteur. Seulement, après sa séquestration, Gilles changea brusquement. Et son admiration honorable se transforma en une obsession malsaine. Il décida de reproduire ce qu'il avait vécu avec son tortionnaire sur ses petites victimes. Étant de jeunes enfants, ils ne survivaient donc jamais aux sévices prodiguées par leur bourreau. De son union avec Catherine de Thouars, il eut une petite fille, Marie de Montmorency-Laval. Malgré ses nombreux défauts et ses absences, il était un père aimant. L'alchimiste avait de nombreuses terreurs nocturnes, revivant de douloureux souvenirs de la guerre. Il pouvait passer des jours entiers dans son sordide laboratoire. Là, où il pratiquait l'alchimie, ainsi que des cultes étranges. C'était son épouse qui lui apportait ses repas. Car les serviteurs étaient bien trop effrayés par leur maître. En tombant dans les abysses de sa folie, il finit par ne plus arriver à discerner le vrai du faux. Juste avant qu'on lui mette la corde au cou, il demanda pardon aux familles de ses victimes, en leur disant qu'il n'avait pas eu le choix. Désirait-il réellement se repentir ? Ou était-ce son dernier acte de sadisme ? Personne ne le sait.  

NOM DE FAMILLE ☾ L'alchimiste sanguinaire est issu d'une noble famille. En effet, il est l'un des deux fils de Gui II de Montmorency-Laval ou de Rais. Grâce à l'alliance matrimoniale de ses parents, Gilles possédait certains avantages provenant de la famille de Montmorency-Laval et Rais par son père, et celle de Craon par sa mère. Le chevalier perdit sa famille alors qu'il n'était qu'un enfant, et fût élevé par son oncle, Jean Craon. Pourtant, il décida de se nommer Gilles  de  Rais par commodité et pour témoigner qu'il était baron du pays de Rais, par droit légitime. PRÉNOM(S) ☾ Au XVème siècle, le prénom Gilles était très apprécié en France. Il mettait en valeur une certaine noblesse et une prestance indéniable. C'est pourquoi le père de Gilles voulut donner ce prénom à son fils aîné.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE ☾ Gilles de Rais est né le  douze septembre 1405, dans une période très agréable. En effet, la France connaissait un certain rayonnement et le climat permettait des récoltes fructueuses. L'alchimiste vit le jour au château de Champtocé-sur-Loire en France . Dès ses premiers instants, Gilles ouvrit ses yeux sur une vie de richesses et de privilèges. DATE ET LIEU DE DÉCÈS ☾ Après s'être battu auprès de Jeanne d'Arc, la guerre changea profondément l'homme. En effet, souffrant de peines si profondes, Gilles tenta d'oublier ses blessures en s’adonnant à des plaisirs très coûteux. Il dilapida pratiquement toutes ses richesses, et quand l'argent vint à lui manquer, il sombra davantage dans la folie. Il se réfugia dans des cultes étranges, vénérant des divinités diaboliques, ainsi que dans l'alchimie. C'est à cause de cela qu'il fût condamné à être pendu le 26 octobre 1440 à Nantes par l'inquisition. NATIONALITÉ ET ORIGINES ☾ Depuis des générations, sa famille vit en France. Et comme tout français qui se respecte, il était très fier de son pays. ORIENTATION SEXUELLE ☾ Avant la guerre, avant que son âme tombe dans les abysses de ses souffrances, Gilles n'aimait que les femmes. Ou du moins, il était éperdument amoureux d'une femme. Sa femme. Beaucoup de choses changèrent après la guerre. Après son viol, il aurait pu être justement dégoûté des hommes, mais le contraire se produisit. Ou du moins, ce n'est pas le sentiment de dégoût qui prit place dans son esprit. Gilles était donc devenu bisexuelle, aimant sa femme le jour, et s'adonnant à des plaisirs charnels et violents avec des jeunes garçons, la nuit. STATUT CIVIL À SA MORT ☾ Il mourut en tant qu'homme marié. Mais, son mariage n'avait pas été simple. En effet, après deux fiançailles qui n'aboutirent pas, Gilles voulut se marier avec sa cousine Catherine de Thouars. Toutefois, au départ, leur union avait été impossible. C'est pourquoi il enleva sa dame pour l'épouser. Le mariage fût annulé, perçu comme interdit et incestueux aux yeux de l’Église. A la mort du père de Catherine, les amants essayèrent de s'unir à nouveau, ce qui fût un succès. Quelques années plus tard, ils eurent même une petite fille. ANCIENNE OCCUPATION ☾ Gilles de Rais était, au tout départ, un preux chevalier français. Quand son Roi eut besoin de ses services, il accepta de le servir avec honneur. C'est ainsi qu'il fit la connaissance de Jeanne d'Arc pour devenir un de ses bras-droits. Ensemble, ils sauvèrent Orléans ainsi que de nombreux villages pris par les Anglais. C'est lors de la conquête de la Loire, que Gilles se fit prendre en otage. Quelques années plus tard, lors du sacre royal de Reims, le jeune chevalier, brisé par la guerre, se fit nommé Maréchal de France par le Roi, pour ses nombreux et loyaux services. CROYANCES RELIGIEUSES ☾ Avant la guerre, Gilles était un homme heureux et catholique. Après avoir été violé, torturé et humilié, quand Gilles rentra de la guerre, il n'était plus le même homme. Il se mit à dilapider toutes ses richesses, afin de soulager ses peines. Mais, l'argent vint vite à manquer. Il sombra alors dans des cultes malsains, vénérant des divinités diaboliques. Mais, il s'intéressa en particulier à l'alchimie. En effet, il partit en quête de trouver la fameuse pierre philosophale, pour les richesses et l'immortalité. OPINION POLITIQUE ☾ Le Baron de Rais aimait servir son  Roi. Au début de la guerre, il fit un serment solennelle, qui était le suivant : « Jusqu'à la mort et à  la vie, envers tous et contre tous, seigneurs et autres, sans nul excepté, dans la bonne grâce et amour du Roi. » Grâce à ses nombreux services, le Roi offrit à Gilles, l'immense privilège d'ajouter un élément du blason royal sur le sien. CASIER JUDICIAIRE ☾ Après une enquête réalisée par l’Église, l'évêque Jean de Malestroit accusa le baron de Rais de viols et meurtres envers plus d'une centaine d'enfants. Il semblerait que les traumatismes du chevalier dû à la guerre le transformèrent également en bourreau, en monstre.
PRÉNOM ☾ Mes petits géniteurs m'ont donné comme prénom Alizée. J'aime plutôt bien mon prénom, c'est court, simple à écrire, et ça sonne pas trop mal. Bon après faut oublier que c'est aussi le prénom d'une chanteuse pas terrible - chacun ses goûts après - d'une marque de voiture, d'une bouteille d'eau, d'un hôtel, et d'une actrice de pornographie.  gnagna  PSEUDO ☾  Alizée, c'est le nom d'un vent chaud venant du sud, alors je ne me suis pas cassée la tête pour mon pseudo sur la toile, Windsouth est devenue une évidence. Bon, faut le dire, vent du sud en français c'est un peu moins stylé qu'en anglais.  perv. ÂGE ☾ Alors même si je ressemble à une fille de quatorze/quinze ans, j'ai apparemment dix-neuf ans, quand je vérifie bien sur ma carte d'identité. Et dans quatre mois, j'aurai vingt ans... J'en frémis déjà, je ne veux pas grandir.   COMMENT T'ES ARRIVÉ ☾ Ah ça c'est une longue, longue histoire. Alors en fait, c'était un soir d'hiver, il faisait très froid, la neige était dense... Non, en fait, la vérité qui va être carrément moins stylé, c'est que ce petit projet, bah j'en suis sa fondatrice. Du coup, voilà.   COMMENTAIRES ☾ Et si on partait, là, maintenant, tout de suite ? Pour faire quoi ? Roh tu le sais très bien.  perv   FRÉQUENCE DE CONNEXION☾ Mais, ne t'inquiète pas mon lapin, je serai là souvent.   Parfois, j'aurai des périodes où je ne pourrai pas te dorloter autant que je le souhaite mais, la plupart du temps, je ferai tout mon possible pour être là pour toi.  CODE DU RÈGLEMENT ☾ L'avantage d'être administratrice, c'est qu'on connait déjà le code. Allez, courage mon chaton, et cherche.  AVATAR ☾ Il est sexy, il me fait mouiller ma petite culotte, il s'appelle Richard Madden.   CRÉDITS ☾ Je remercie tumblr, mon sex-friend préféré.



Dernière édition par Ezekiel Archdeacon le Dim 20 Juil - 20:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t46-the-night-is-dark-and-full-of-terrors
FIRST QUARTER



L' A L C H I M I S T E


☾ RÉINCARNATION : GILLES DE RAIS ( 1405 - 1440 )
☾ OCCUPATION : NOUVEAU DIRECTEUR DE L'ASILE, HÉRITÉ DE SON POPA.
☽ AVATAR : RICHARD MADDEN
☽ CRÉDITS : TEARSFLIGHT & TUMBLR
☽ MESSAGES : 113
☽ INCARNATION : 01/07/2014
☽ ÉTOILES : 124
MessageSujet: Re: ⊹ the night is dark and full of terrors   Mar 1 Juil - 23:11


“ Men in rage strike those that wish them best.”
― William Shakespeare
16h51. Dans quelques minutes, je pourrai enfin ne plus regarder les grosses fesses flasques de Madame Smith, qui s'agitaient bien trop vite à mon goût. J'en avais la nausée, tiens. 16h53 J'étais bientôt libre. Je pourrai enfin fermer ce maudit livre de Falkner, et ne plus devoir dormir les yeux ouverts. Quelle idée avais-je eu de choisir littérature pour mon A-level ? Ah oui, ça me revient. Simplement pour emmerder mon abruti de père. Il était divertissant de le contrarier, et de réaliser, ce que lui, désapprouvait le plus. ❝ Ezekiel ?  ❞ 16h54 Dans six petites minutes, je sortirai par cette porte, là, à droite. Et je la rejoindrai. D'ailleurs, la connaissant, elle devait déjà être en train de m'attendre devant les portes du lycée. ❝ Ezekiel Archdeacon ?  ❞ 16h55 Je l'imaginais, là, à fixer droit devant elle pour guetter mon arrivée. Elle devait encore porter son uniforme, celui qu'on doit avoir quand on est au collège. Ses cheveux devaient être en bataille, comme à son habitude, et puis... ❝ Ezekiel !  ❞ La voix stridente de Madame Smith me força à détourner mon attention de l'heure. Je sursautai soudainement quand je vis que celle-ci était à quelques centimètres devant ma table. Depuis quand était-elle là ? ❝ L'horloge est-elle plus intéressante que Moonfleet, jeune homme ?  ❞ Au moment où elle me parlait, j'étais vautré sur ma table, mon menton collé à celle-ci. Je décidai donc de reprendre une position convenable, pour ne pas trop aggraver mon cas. ❝ Vous voulez vraiment que je sois honnête ?  ❞ disais-je avec un petit sourire moqueur, tout en me balançant légèrement sur ma chaise. Les autres élèves se mirent à pouffer de rire suite à ma remarque insolente. Mais, le regard glacial de Madame Smith, avec ses vilaines lunettes rouges de secrétaire, stoppa rapidement les gloussements. ❝ Monsieur Archdeacon, vous devriez faire...  ❞ 17h00 indiquait l'horloge, qui se trouvait sur le mur derrière l'imposante Madame Smith. Quelques secondes plus tard, la sonnerie retentit, ne laissant pas l'opportunité à la vieille femme de terminer sa remarque, qui devait être, sans doute, très désobligeante. Je restais assis à ma place, avec un large sourire, attendant de voir ce qu'elle allait pouvoir faire. Mais, elle poussa un long soupir, et repartit vers son bureau pour ranger ses affaires. Elle avait compris depuis le temps que mon cas était désespéré. Je tentai de prendre mes affaires rapidement, pour enfin quitter cette salle, bien trop étouffante pour moi. ❝ T'as l'air pressé, Eze ? Tu vas voir ta gosse, c'est ça ?  ❞ avait dit Chris, mon ami depuis la maternelle. Je lui fis un doigt d'honneur en guise de réponse, avec un sourire tout de même. C'était mon ami, après tout. Et sans prendre le temps de lui répondre - car il savait très bien la réponse - je me précipitai de quitter l’établissement. Depuis que je sortais avec Morrigan, j'étais habitué aux taquineries de Chris. Ce n'était pas les plus dérangeantes. Non, c'était celles des autres qui étaient bien pires. Personnellement, je m'en fichais royalement, je ne me laissais pas atteindre par ces petits merdeux qui se disaient être des hommes. Mais, elle, elle était jeune, elle était fragile, elle se laissait blessée facilement. Et je ne le supportais pas. Morrigan était attaquée par les garçons parce qu'ils me haïssaient, et par les filles parce qu'elles m'appréciaient. Mais, on faisait de notre mieux pour laisser tout ça de côté. On était ensemble, c'était le plus important. Du moins, c'est ce qu'on essayait de se dire. J'étais à présent dans la cour. Dans quelques mètres, je pourrais enfin la prendre dans mes bras. ❝ Tu as l'air pressé de tirer ton coup, Ezekiel.  ❞ En entendant cette remarque, je me retournai pour voir de qui il s'agissait. Caleb McCalaan. Depuis que j'avais couché avec sa copine au collège, ce mec et ses potes cherchaient par tous les moyens à me faire chier. Je n'avais pas le temps de m'amuser avec lui, pour aujourd'hui en tout cas. Je l'ignorai donc, et je poursuivis mon chemin. ❝ T'es quand même grave un pédophile, enfoiré.  ❞ Ses copains rirent suite à sa remarque, comme une bande de hyènes écervelées. Non, Ezekiel, ne t'arrête pas. Continue ton chemin, reste calme. ❝ M'enfin, c'est vrai que ça doit être dur de résister à un petit cul pareil.  ❞ Mon rythme cardiaque commença soudainement à s’accélérer. J'avais la tête qui tournait, et des nœuds dans mon ventre commençaient à se former. Merde, j'aurai dû prendre mes médocs ce matin. ❝ Elle a dû grave te chauffer cette salope, pour que tu acceptes de sortir avec une mioche.  ❞ Je m'étais subitement arrêté de marcher. Je massais doucement mes tempes. Des images s'installèrent sournoisement dans mon esprit. Du sang, beaucoup trop de sang. Des corps démembrés, disséminés un peu partout autour de moi. Mes membres commencèrent à trembler. Ma respiration était devenue haletante, tous mes muscles se tendirent douloureusement. Mes mains étaient moites. Je secouai la tête pour faire disparaitre ce flux d'images monstrueux, qui était loin de m'être inconnu. ❝ Cette petite pute, je pourrais peut-être même me la faire, après tout.  ❞ J'avais tenté de résister, j'avais réellement essayé. Mais, cette rage que je m'efforçais sans cesse de dompter, de maîtriser, était parfois bien plus destructrice, bien plus forte que ma conscience. Je lâchai subitement mon sac de cours et me tournai vers Caleb. Cette étrange et désagréable sensation de ne plus contrôler son propre corps, voilà ce qui était en train de m'arriver. Je serrai les poings, jusqu'à me planter mes ongles dans ma paume. J'avançai doucement vers McCalaan. Je ne voulais pas aller dans sa direction, je voulais partir rejoindre Morrigan mais, mon corps ne m'obéissait déjà plus. J'étais à présent soumis à cette rage, qui depuis quelques temps n'avait cessé de grandir. Ils riaient, lui et ses amis, tout simplement. Fuyez pauvres idiots. Je vous en prie, fuyez ! Mais il était trop tard. Je me jetai sur Caleb, comme aurait pu le faire un animal sur sa proie. Il bascula très facilement en arrière, surpris par cette attaque bestiale. J'étais à présent au dessus de lui, le maintenant bien au sol. ❝ Lâche-moi, espèce de malade !  ❞ cria-t-il en tentant de se débattre. Mais, je n'avais plus le contrôle de rien. Et ma rage, cette agressivité qui s'était tapie dans mon moi profond, décida de s'extérioriser complètement. Je me mis à le battre de toutes mes forces, les poings serrés, devenant presque aussi mortels que des poignards acérés. Il criait, il finit même par pleurer comme un enfant. Mais, rien ne me stoppait à présent. Par mes coups portés à répétitions, son sang finit par couler en abondance, jusqu'à même éclabousser mon visage. Du sang, encore du sang. J'entendis quelques craquements, je venais certainement de lui casser le nez mais, rien ne pouvait me stopper. Des os brisés, encore des os brisés. Il ne criait plus, ne se débattait plus. Des corps inertes, encore des corps inertes.Ezekiel ! Arrête ! Tu vas le tuer !  ❞ cria mon ami, en me tirant dans ses bras. Je poussai un grognement rauque, et presque inhumain. Je me dégageai violemment de son étreinte, et m'apprêtai à lui prodiguer les mêmes sévices que je venais de réaliser sur Caleb.  ❝ Mec, c'est moi, calme-toi !  ❞ dit-il apeuré. Il recula de quelques pas, tout en tentant de me faire reprendre mon calme. Ma respiration était saccadée. De plus, mes mains, mon visage, mes vêtements, étaient imprégnés de sang. Je reprenais doucement mon calme, et je pouvais enfin reprendre le contrôle de mon corps.  ❝ Bon sang, qu'est-ce qui t'arrive ?  ❞ me demanda-t-il, en me regardant comme s'il était en face d'un fou allié. Mon corps tremblait de nouveau mais, je n'étais plus dominé par cette fureur, c'était la peur qui avais pris sa place. Une peur viscérale.  ❝ Je... Je ne sais pas.  ❞ balbutiais-je, et je tombai lamentablement au sol, vidé de toute énergie. Ce n'était pas juste ma maladie. Non, c'était quelque chose d'autre. Cela ne pouvait pas être moi. Cette fureur n'était pas la mienne. J'avais le sentiment d'être un étranger dans ma propre chair. Je me tournai vers le corps ensanglanté de mon camarade. Les gens paniquaient, s'agitaient autour de lui, et des adultes étaient au téléphone, certainement en train d'appeler les secours. Bon sang, qu'avais-je fait ? Qui étais-je réellement pour faire de telles horreurs ?





“No great mind has ever existed without a touch of madness.”
― Aristotle
Cela faisait deux mois que j'étais prisonnier dans ce camp anglais. Une semaine que je n'avais pas mangé. Trois jours que je n'avais pas bu une seule goute d'eau. Et deux jours, maintenant, que j'étais ligoté à ce poteau. Je n'avais plus aucune force. Respirer était devenu un supplice. Quant à pouvoir bouger, cela revenait à de l'exploit. La seule chose que je pouvais encore faire, c'était de mouvoir mon regard. Je me sentais observé, je dirigeais donc mon attention vers l'entrée de la tente. Et comme je le pensais, les deux soldats qui me surveillaient, - comme si je pouvais m'échapper dans l'était où j'étais - me fixaient. ❝ Il n'a vraiment montré aucune pitié avec ce français.  ❞ avait-il dit à son camarade, tout en me dévisageant avec dégoût. Moi, le Baron de Rais, rabaissé à être jugé par des misérables. A ce moment précis, j'avais réellement l'impression de me trouver au purgatoire.  ❝ La miséricorde ne fait pas parti de ses qualités.  ❞ avait répondu l'autre soldat, avec un sourire malicieux. A l'évocation de mon bourreau, un frisson se mit à courir le long de mon échine, ma gorge se noua, et ma respiration devint plus haletante. Cela faisait deux jours qu'il n'était pas venu me voir. Combien de temps me restait-il dans mon accalmie ? ❝ Bon sang, regarde-le.  ❞ vilipenda-t-il, avec un air sournois. Oui je devais avoir l'air pathétique. J'étais bien loin de ressembler au preux chevalier au service de son Roi, qui pourfendait ses ennemis d'un seul coup d'épée. A présent, je ressemblais certainement plus à un petit animal blessé, à un être émasculé, réduit à la servitude et à l'obéissance de son maître.  ❝ Ces français arrogants savent maintenant à qui ils ont à faire !  ❞ gloussa-t-il avec trivialité. Je ne pus résister à dévisager ces pauvres diables durant leur hilarité à propos de mon sort. Pendant deux mois, on m'avait torturé, violé, et humilié, sans cesse et de la pire des manières qui soit. Quand allaient-ils enfin mettre fin à mes tourments ?   ❝ Poussez-vous, bande de coureuses de remparts.  ❞ aboya soudainement une voix rauque et cassante. Les rires s'effacèrent immédiatement face à l'arrivée de mon tortionnaire. ❝ Oui, monsieur !  ❞ s'exclamèrent-t-ils à l'unisson. En voyant cette silhouette si familière entrer dans la tente, je détournai promptement mon regard. ❝ Alors ma gueuse ? Comment vas-tu aujourd'hui ?  ❞ demanda-t-il joyeusement. Je le regardai du coin de l’œil, et vis qu'il était en train de se servir un verre de vin. Ma gorge était sèche par ces quelques jours sans eau. Et il le savait très bien.   ❝ Tu ne dis plus rien mon beau ? J'entendais plus ta jolie voix l'autre nuit.  ❞ jubila-t-il tout en prenant une gorgée de son verre, et en s'approchant doucement vers moi. Son petit jeu sadique allait de nouveau recommencer. Au fil des jours en sa compagnie, et de ses nombreuses sévices, j'avais trouvé un moyen de m'évader quelque part en sécurité, au fond de mon esprit. J'allais donc rejoindre mon havre de paix, mon paradis mental, loin de lui. Je voyais toujours Jeanne, dans des circonstances différentes toutefois. Là, je me trouvais au moment de notre rencontre. La première fois que nous nous sommes rencontrés, elle m'avait doucement serré la main, et m'avait offert le plus radieux des sourires. Je me rappelle que j'avais pensé pendant un bref instant qu'elle était un ange salvateur, venant des cieux.  ❝ A quoi penses-tu mon bel agneau ?  ❞ persifla-t-il en me forçant à le regarder dans les yeux. Mon refuge s'effondra violemment. Ce n'était plus les yeux bleus et innocents de Jeanne qui se trouvaient en face de moi. Non, ils avait été remplacés par des yeux sombres et lubriques.  ❝ Tu penses à cette gouge ?  ❞ grogna-t-il, en descendant sa main pour me serrer la gorge. J'essayais tant bien que mal de fuir son regard, pour éviter qu'il puisse déceler la vérité. Mais, c'était perdu d'avance. ❝ Tu es en train de penser à cette catin hérétique ? Cette Jeanne d'Arc ?  ❞ insista-t-il en me secouant légèrement la tête pour que je repose mes yeux sur lui. Je pinçai légèrement ma lèvre inférieure pour résister de lui répondre. Je ne supportais pas la manière dont il parlait de Jeanne. Mais, je n'étais décidément pas en position de me révolter. Quand j'étais encore un chevalier respectable, au début de ma captivité, j'avais essayé de me rebeller, de lutter de toutes mes forces. Mais, patiemment, il m'avait ôté toute virilité et courage que j'avais pu posséder autrefois. ❝ Réponds-moi charogne !  ❞ vociféra-t-il, en insérant son doigt dans une plaie qui se trouvait sur mon torse. Une plaie béante et purulente.  ❝ Non. Je ne pense pas à cette femme.  ❞ gémissais-je douloureusement. Cette affliction vive et virulente m'avait ramenée à la raison, ou du moins à lui obéir. ❝ Je l'espère pour toi, mon agneau. Tu dois ne penser qu'à moi, et à moi seul. Sinon, Dieu seul sait ce que je vais encore devoir te faire.  ❞ me susurra-t-il au creux de mon oreille.  ❝ Dis-moi que tu m'aimes.  ❞ continua-t-il avec sa voix  doucereuse, qui me soulevait le cœur à chaque fois. Il lâcha enfin ma gorge pour descendre doucement sa main vers mon sexe, et à me faire des répugnantes caresses. A la suite de cela, ma mâchoire se crispa presque immédiatement. Il m’écœurait. Et mon impuissance me dégoutait.  ❝ Dis-le !  ❞ gronda-t-il en faisant une pression désagréable, à un endroit incongru. ❝ Je vous aime.  ❞ m'inféodais-je à cause de la douleur. Il relâcha son étreinte bestiale, et afficha un large sourire victorieux.  ❝ Monsieur !  ❞ s'écria un des soldats qui gardaient la tente auparavant. Il entra précipitamment, sans se préoccuper des horreurs qui étaient en train de se passer ici. ❝ Tu vois bien que je suis occupé ! Dehors !  ❞ ordonna-t-il avec sévérité. Mais, le soldat ne bougea pas. ❝ Les français arrivent ! Cette hérétique à leur tête !  ❞ persista-t-il avec effroi. ❝ Intéressant... Elle pourrait devenir notre compagne de jeu. Qu'en penses-tu mon agneau ?  ❞ jubila-t-il en se retournant vers moi. Malgré mes blessures, je tentai de me défaire de mes liens, nourri par une force nouvelle, provenant d'une rage naissante à l'idée qu'il puisse toucher à un seul cheveux de Jeanne. Mais, j'étais bien trop faible, et c'est avec un rire moqueur, qu'il quitta la tente pour rejoindre le champ de bataille. J'étais impuissant, et c'est dans cette faiblesse que j'écoutais les cris de guerre, les épées se cognant contre les boucliers, le bruit des armures, et les hurlements de douleur. Pendant ce temps, je baissai la tête, priant un Dieu qui n'avait jamais écouté mes prières, afin qu'il vienne en aide à Jeanne. C'est après un long moment, lorsque je vis que les rayons du soleil commencèrent à s'introduire dans la tente, que le silence revint à nouveau. Quand soudain, j'entendis quelqu'un rentrer, je ne voulais pas voir de qui il s'agissait. C'était très certainement mon bourreau, désireux de savourer sa victoire en prenant mon corps comme trophée. Mais, quand une main légère se posa sur ma main, je levai immédiatement la tête. C'était sa main. ❝ Gilles, ce n'est que moi.  ❞  murmura-t-elle doucement, comme si elle s'adressait à un petit enfant fragile. Était-ce un rêve ? Un merveilleux mirage en provenance de mon inconscient ? ❝ C'est Jeanne, Gilles.  ❞  insista-t-elle, comprenant que j'étais désorienté. ❝ Détachez-ses liens !  ❞ ordonna-t-elle d'une voix ferme à deux hommes qui l'accompagnaient. L'un se précipita pour libérer mes pieds, pendant que l'autre coupaient les cordes qui me liaient les mains.  Était-ce vraiment la liberté ? Était-je vraiment sauvé ? ❝ Mon pauvre ami, que t'ont-ils fait ?  ❞ glissa-telle avec tristesse et inquiétude. Elle m'aida à me relever, mettant mon bras autour de sa nuque, pendant que nous avancions vers la sortie. Le soleil m'aveugla, ne l'ayant pas vu depuis bien longtemps. Je regardai autour de moi comme si j'étais une petite créature venant de naître, avide de découvrir le monde. Du sang, beaucoup trop de sang. Des corps démembrés, disséminés un peu partout autour de moi. Nous étions vainqueurs mais, finalement je ne me sentais pas si différent d'eux. Je n'étais plus qu'une carcasse vide, un sac d'os et de chair, qui arrivait par miracle à encore bouger. Je croisai le corps de mon bourreau, et m'accroupis auprès de lui. En regardant son cadavre putride et nauséabond, je me jura que jamais plus je ne serais le pantin de quelqu'un. Je pris quelques instants pour dire adieu à l'homme qui m'avait anéanti, puis je me relevai pour poursuivre la route. Et pendant que je suivais Jeanne d'Arc, sur la route qui me menait à mon ancienne vie, je sentis que j'étais entrain de succomber à une folie destructrice. Qu'étais-je en train de devenir ? Qu'allais-je faire ?






Dernière édition par Ezekiel Archdeacon le Sam 2 Aoû - 14:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t46-the-night-is-dark-and-full-of-terrors
avatarInvité

MessageSujet: Re: ⊹ the night is dark and full of terrors   Mer 2 Juil - 7:07

et si on allait tuer des jeunes mâles ensembles  
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité

MessageSujet: Re: ⊹ the night is dark and full of terrors   Mer 2 Juil - 9:37

à condition que je vous accompagne  haon  
Revenir en haut Aller en bas
FIRST QUARTER



L' A L C H I M I S T E


☾ RÉINCARNATION : GILLES DE RAIS ( 1405 - 1440 )
☾ OCCUPATION : NOUVEAU DIRECTEUR DE L'ASILE, HÉRITÉ DE SON POPA.
☽ AVATAR : RICHARD MADDEN
☽ CRÉDITS : TEARSFLIGHT & TUMBLR
☽ MESSAGES : 113
☽ INCARNATION : 01/07/2014
☽ ÉTOILES : 124
MessageSujet: Re: ⊹ the night is dark and full of terrors   Mer 2 Juil - 17:23

Comment refuser ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t46-the-night-is-dark-and-full-of-terrors
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ⊹ the night is dark and full of terrors   

Revenir en haut Aller en bas
 

⊹ the night is dark and full of terrors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les jeux qui vous ont ruinés!
» [Vente] Armée Dark Eldars full peint
» Mon Amber Dark & Stormy Night
» "Batman Begins" et "The dark knight"
» Présentation Dark Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ WHERE IS YOUR IDENTITY ? :: Bienvenue à Tewkesbury-