Partagez | .
 

 (✣) we're leaving people behind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FIRST QUARTER



DER WAHNSINN HAT MICH EINGESPERRT

☾ RÉINCARNATION : Gerhardt Söltzstein (14 janvier 1899 - 21 octobre 1941)
☾ OCCUPATION : peintre restaurateur au john moore museum et réalisateur.
☽ AVATAR : Benedict Cumberbatch
☽ CRÉDITS : astealeaf et tumblr
☽ MESSAGES : 40
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 43
MessageSujet: (✣) we're leaving people behind   Mar 29 Juil - 23:21

ALEC MAGNÚSSON
NOM DE FAMILLE ☾ Magnússon, un nom parmi d'autres, peint en bordeaux sur le panneau de la boulangerie de son village natal et à qui il a toujours adressé une grimace. PRÉNOM(S) ☾ Alec David Henry, trop de prénoms inutiles à son goût et qui reflètent la prétention maladive de ses parents à toujours trouver un moyen de lui rappeler son arbre généalogique pourtant loin d'être impressionnant et palpitant. ÂGE ☾ Trente-sept ans, des hivers et des automnes qu'il porte très bien. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ☾ 21 novembre 1976 à Portree en Écosse. NATIONALITÉ ET ORIGINES ☾ Anglais, il est le fils d'un père écossais et d'une mère britannique aux origines islandaises. Il aurait aussi des arrières-grands-parents irlandais, mais n'y portant aucun intérêt il n'est plus certain de ce détail. ORIENTATION SEXUELLE ☾ Bisexuel, orientation qu'il a toujours bien vécu en ne se souciant pas des avis des autres et en clamant un fier je fais bien ce que je veux alors allez vous faire foutre au premier regard de haine ou de dégoût. STATUT CIVIL ☾ Célibataire, depuis bien trop d'années malgré lui. Il se demande s'il peut seulement prétendre à une relation plus au moins sérieuse dans sa vie, songeant parfois à se marier avec le premier inconnu qui aura assez pitié de lui pour lui répondre à l'affirmative. OCCUPATION ☾ Peintre restaurateur au John Moore Museum, un travail qui le comble pour sa tranquillité, sa précision, la patience et le bagage culturel et artistique nécessaire à son exécution. Alec est aussi réalisateur lorsque le temps lui permet, n'ayant à son actif que deux films dont le premier ne remporta pas le succès espéré mais qui lui permit de prendre ses marques et s'intégrer peu à peu au monde du cinéma dans lequel il revient avec sa nouvelle oeuvre. CROYANCES RELIGIEUSES ☾ Il s'intéresse au bouddhisme et est en accord avec nombreuses de ses idées mais reste cependant distant avec la religion, n'y voyant qu'un intérêt historique et artistique. OPINION POLITIQUE ☾ Aucune. À vrai dire il se fiche pas mal de la politique et vote toujours pour celui qui lui semble le plus sympa et avec des projets d'innovation dans le domaine culturel. CASIER JUDICIAIRE ☾ Miraculeusement vierge, bon point pour sa carrière. GROUPE ☾ First quarter.
TEMPS MODERNES
Tenter de connaître celui qui se cache en promettant pourtant derrière ce regard bleu et ce visage calme que cela ne le dérange pas est loin d'être une mince affaire. Qui peut-il réellement prétendre connaître celui qui rentre chez lui en faisant danser son vélo avec douceur aux rythmes des mélodies dans son casque et qui renforce ainsi cette barrière entre lui et un monde qu'il apprécie mais auquel il préfère choisir les moments de confrontation et se limiter à des instants légers pour ensuite retourner se baigner dans ces tubes de peinture ? Qui a déjà eu l'occasion de partager une cigarette avec le rêveur durant une pause bien méritée sous les gouttes délicates de la pluie qui le font sourire quand il l’accueille comme si à chaque fois elle lui avait davantage manqué ? Peu savent, mais à vrai dire peu le veulent. Et Alec sait malgré tout s'attacher à certains êtres dès lors que son regard quitte miraculeusement la toile ou le livre qu'il contemple pour aller se poser sur une fossette réconfortante ou des lèvres promettant nombres de récits passionnants, montrant alors que c'est un être dévoué et appréciant chaque détail qui lui est offert de rencontrer. Il aime à déposer ses yeux sur des histoires qu'on lui raconte avec simplicité, il guette ces instants où le temps filera pour laisser place à un autre décor duquel on ne l'en sortira qu'au risque de croiser son regard noir et rancunier. Profiter ce qui passe, l'apprendre. D'ailleurs, chaque objet se trouvant là, sous les combles de son appartement, fait preuve qu'Alec est un homme simple et peut fondre toutes ses émotions dans un élément, aussi abîmé et inutile soit-il, pour le contempler encore et encore sans jamais se laser de l'aimer pour ce qu'il représente. Depuis sa cuisine bancale aux énormes malles renfermant ses vêtements en passant par cette table basse où se mélangent un nombre impressionnant de vinyles de groupes rock et de compositeurs nordiques, chaque centimètre, chaque angle fait partie de cet homme et c'est tout ce qui compte pour lui, être dans son antre qui l'inspire. Capter l'attention d'un homme qui trouve plus palpitant de donner son amour à un livre aux coins cornés, voilà un défi que certains s'étaient amusés à relever sous l’œil observateur d'Alec qui se plaît à faire semblant de rien, flânant dans cet univers qu'il emportait avec lui sans que l'avis des autres l'importe, traînant dans son sillage un air serein et une odeur de peinture et de thé qui lui collait à la peau, parfois remplacée par celle du pain chaud quand il dévalisait une partie de la boulangerie, nostalgique de son enfance et de la boutique familiale. On ne le connaissait pas et pourtant on pouvait dire qu'il avait l'air heureux, qu'il se contentait d'une vie simple et faite d'un bazar qu'il entassait dans ces trois petites pièces alors qu'il pouvait se payer tellement plus et avoir bien meilleur salaire. Et Alec, avec ce sourire qu'il adressait en silence à tout et rien, donnait cette image de bonheur qu'on lui pensait être normale. Lui n'y croit pas vraiment, pas quand sa vie ne partage pas celle d'une autre âme et qu'il en est dévoré au point de l'appeler en silence au coin de chaque rue, pas quand il ressent cette constante envie de gueuler alors qu'il n'y voit aucune raison et que ses doigts tremblent en annonçant l'arrivée de ces émotions ayant tant abîmées son cœur, sa respiration et ses confiances  Pas quand il a l'impression d'être une ombre même pour lui-même. Alors dites-moi, est ce que l'on peut réellement connaître une ombre ?
TEMPS PASSÉS
Il n'était rien qu'un nom sur les registres, un auteur aux livres en cendres, un ami dont on faisait l'éloge avec fierté sans être capable de savoir s'il avait une fratrie ou non. Söltztein était ce genre d'homme qui passe dans l'Histoire comme une ombre, désireux de se faire une honnête place de témoin dans les mémoires et voyant sa vie prendre un autre chemin, ses doutes et inquiétudes le dévorer à petit feu tandis que le monde autour de lui brûle et qu'il ne peut rien y faire malgré toute sa volonté. La colère. Habité par le regret, l'envie de se battre en continuant de sourire à un futur auquel il ne croyait plus vraiment. Ses amis auraient pu écrire un livre sur lui, ils auraient pu témoigner, mais ils se sont tus, emportant avec eux, tel un secret du passé qu'on veut oublier, la vie de cet homme qu'il connaissait si bien et si peu à la fois, qui ne changea pourtant rien au cours de l'Histoire et n'était qu'une énième victime parmi d'autres qui aurait pu changer certaines choses si on lui avait laissé plus de chance, plus de temps. De meilleurs choix. Toutes ces bouches qui se turent comme si elles lui étaient étrangères et n'avaient aucun souvenir de lui, ces amis qui à l'instant de son dernier souffle couraient eux aussi à en perdre haleine à travers le pays, en priant pour qu'ils n'auraient pas à dénombrer trop de morts parmi eux. Et des amis il en a compté durant sa vie, par cent cinquante au moins, dirait-il avec modestie. Jeune écrivain qui était venu tenter sa chance dans la grande ville de Berlin après des études universitaires en lettres, c'était l'image d'un homme plein de rêves paisibles dans les yeux, l'excitation de rencontrer les individus du monde artistique et de dévorer à pleines dents le temps qu'on lui offrait. Gerhardt faisait partie de ces auteurs qui s'enfermaient des jours durant, voir des semaines, dans une minuscule pièce délabrée, faisant confiance à un toit menaçant de lui tomber sur la tête et trouvant le plaisir du quotidien dans ces meubles bouffés par l'humidité, dans son combat contre les mots inexistants qui voulait mettre sur certaines beautés ou tristesses qui le dépassaient. Coucher les mots à toute vitesse était d'un tel naturel pour lui qu'on le regardait faire avec un fin sourire quand il s'enveloppait dans son monde, sans un mot. Un monde qui était devenu rapidement sombre et torturé lorsque au fil des ans un mal explosa en lui, tel un monstre qui s'était installé tranquillement pour manger ses rares moments d'espoir et en grandir. On le savait malade, on le savait trouver refuge dans sa tendre cigarette et son verre d'alcool pour se protéger, et protéger les autres, tel était son discours qui couvrait son regard épuisé au fil des crises qu'il ne pouvait plus cacher et qui l’emmenèrent un jour entre des murs qui furent un coup de grâce à son esprit rêvant encore de rires sincères dans le ventre. Un mal de jeunesse qui ne fut jamais soigné, dévorant son esprit qui fut déjà piétiné d'année en année par le malheur que vivait la société allemande et dans laquelle il se débattait tant bien que mal, préférant vers la fin le choix de s'enfermer dans cette cage d'où il ne voulait pas sortir, trop inquiet qu'on l'y remette après la première victoire rencontrée. Il était devenu un véritable gouffre de tristesse, de questions et de rage contre le vide, mais on l'aimait. Malgré ses drôles d'expressions faciales quand autre chose prenait le dessus sur lui, malgré ses cheveux fous qu'il ne domptait que pour les grandes occasions, ses joues qui se creusaient au rythme des incertitudes pour faire apparaître davantage ses pommettes saillantes et ses vêtements abîmés qu'il traînait comme son deuxième corps à grand confort, on l'aimait pour ce qu'il représentait ; un sourire faux, sans espoir, mais qui ne démordait pas dans son combat, quel qu'il soit. On lui reconnaissait un intérêt discret pour les hommes, un amour passionné des mots et une facilité à savoir se retirer quand les choses devenaient dangereuses, s'éclipsant sans abandonner. Gerhardt, on l'aimait pour être cet homme qu'il voulait être simple et ainsi sauver sa peau mais qui avait des principes gravés trop profondément dans le cœur pour faire semblant. On l'aimait et pourtant de ses parents, du goût de sa soupe préféré ou de ses projets quand son dos commencerait à se voûter, personne n'en sut jamais rien. Et son souvenir disparu avec ses livres, avec ses amis qui s’éteignirent peu après lui ou des dizaines d'années ensuite, comme si ce n'était rien. Comme si on savait qu'on le rejoignait après ce chemin escarpé et qu'il ne put grimper jusqu'au bout, laissant planer sur ses lèvres la promesse d'un jour panser ce regret.

NOM DE FAMILLE ☾ Söltzstein, nom qui aurait pu traverser les générations si le feu, les balles et la peur ne l'avait pas plongé dans l'oubli. PRÉNOM(S) ☾ Gerhardt, prénom qui tint tellement à cœur son possesseur qu'il se présentait et signait d'un Heinrich qui lui plaisait davantage. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ☾ 21 janvier 1899, à Odense au
Danemark. DATE ET LIEU DE DÉCÈS ☾ 18 octobre 1941, à Neumünster en Allemagne. NATIONALITÉ ET ORIGINES ☾ Allemand, sa mère était danoise avant de changer de nationalité quand ils s'installèrent à Berlin. ORIENTATION SEXUELLE ☾ Hétérosexuel, du moins c'est ce qu'il affirmait en compagnie de ses amis, laissant sous-entendre qu'un jour il épousera une jolie blonde et qu'il limitait ses conquêtes pour elle. STATUT CIVIL À SA MORT ☾ Fiancé et en couple, avec deux personnes différentes, l'une étant sa couverture (et lui la sienne) et l'autre étant son compagnon. ANCIENNE OCCUPATION ☾ Écrivain, poète et traducteur, il travaillait plusieurs genres littéraires avec une préférence pour le romantisme qui eut du succès auprès des passionnés de voyages et des musiciens dont il faisait sans cesse l'éloge à travers ses vers, passant dès 1937 à des sujets plus sombres. Les deux dernières années de sa vie il fut contraint à prendre un travail de contrôleur de train pour subvenir à ses besoins, l'écriture ne rapportant plus rien et la nécessité de faire profil bas étant capitale.  CROYANCES RELIGIEUSES ☾ Chrétien, du moins dans son enfance, ses convictions ayant été rapidement ébranlées par la réalité du monde qui l'entourait. Il ne remettait pas en question la croyance en elle-même et a même fortement soutenu l'idée, mais sans prier un dieu en particulier. OPINION POLITIQUE ☾ Communiste, il a toujours été effrayé par l'ombre pesante du national-socialisme qui prit de l'ampleur peu à peu. En 1934, son désintérêt pour la politique mourut quand la réalité des événements le frappa lui et son entourage, l'emmenant alors à avoir ces discussions qui l'avaient tant rebuté par le passé mais qu'il ne pouvait ignorer, sa raison l'obligeant à hurler d'abord à haute-voix avant de se gronder en silence pour rester en vie. CASIER JUDICIAIRE ☾ Depuis 1935 il a enchaîné les gardes-à-vue, les arrestations et procès, passant même sept mois dans la prison de Plötzensee. Les délits allaient de bagarre devant un bar, de grosses dettes, de distribution et impression de prospectus interdits, publication d'ouvrages aux mœurs dérangeantes et, bien entendu, infractions au paragraphe 175.
(m/f) tu me fais penser à...
Lien en écriture (réincarnation déjà fort marquée et qui intrigue Alec)

(m/f) tu sais que t'auras tout
Lien en écriture (relation très forte mais très récente, attachement rapide et démesuré dans les paroles mais sans le moindre sentiment amoureux derrière, simplement une complémentarité qui va être bousculée par la réminiscence)

(m/f) t'en as trop fait,
fous le camp !
Lien en écriture (lien négatif et très tendu, ayant même atteint les coups de poings suite à un quiproquo, amitié bancale dès le départ à cause de caractères et opinions à l'opposé.)




Dernière édition par Alec Magnússon le Mar 5 Aoû - 1:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://who-are-you.forumactif.org/t121-i-hope-you-didnt-write-a-poem-hope-you-remember-every-fight
FIRST QUARTER



DER WAHNSINN HAT MICH EINGESPERRT

☾ RÉINCARNATION : Gerhardt Söltzstein (14 janvier 1899 - 21 octobre 1941)
☾ OCCUPATION : peintre restaurateur au john moore museum et réalisateur.
☽ AVATAR : Benedict Cumberbatch
☽ CRÉDITS : astealeaf et tumblr
☽ MESSAGES : 40
☽ INCARNATION : 24/07/2014
☽ ÉTOILES : 43
MessageSujet: Re: (✣) we're leaving people behind   Mar 29 Juil - 23:21

un titre pour vos liens
SON PRÉNOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus.
(c) AMIANTE
SON PRÉNOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus.
(c) AMIANTE
SON PRÉNOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus.
(c) AMIANTE
SON PRÉNOM
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus.
(c) AMIANTE

_________________